En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
Texte à méditer :   Résister doit être écrit au présent   Lucie Aubrac
Texte à méditer :   Amour sacré de la Patrie, conduis soutiens nos bras vengeurs ....   Rouget de l'Isle
Texte à méditer :   L'optimisme est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succès   Sir Baden-Powell
Texte à méditer :   La grande tâche de l'homme est de ne pas servir le mensonge.   Albert Camus
Texte à méditer :   Il y a un communautarisme islamique qui n'a pas sa place sur la terre de France.   François Fillon
Texte à méditer :   Il faut écouter beaucoup et parler peu pour bien agir au gouvernement d'un État.   Cardinal de Richelieu
Texte à méditer :   L'optimisme va bien à qui en a les moyens.   Charles de Gaulle
Texte à méditer :   On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l'ont engendré   Albert Einstein
Texte à méditer :     Comité laïcité-république
Texte à méditer :   La force de la cité ne réside ni dans ses remparts, ni dans ses vaisseaux, mais dans le caractère de ses citoyens   Thucydide
Texte à méditer :   Plumez un poulet plume par plume, personne ne le remarquera.   Madeleine Allbright
Texte à méditer :   La démocratie participative : les citoyens sont les meilleurs experts que questions qui les concernent.   Mme Ségolène ROYAL
Texte à méditer :   Le citoyen défend la cité lorsque celle-ci est menacée.   Colonel (er) Michel GOYA
Texte à méditer :   Les deuils imposent des devoirs, ils commandent l'effort en commun   Ernest Renan (cité par F. Fillon)
Texte à méditer :   La France que nous aimons est, aujourdh'ui, menacée.   François Fillon
Texte à méditer :   L'effort est le vivier de l'homme qui tente de se relever   Sergent Vincent Dorival
Texte à méditer :   L'expérience est une bougie qui n'éclaire que celui qui la porte   Confucius
Texte à méditer :   Ce n'est pas le virus qui se promène, ce sont les gens qui le portent   Le bon sens
Texte à méditer :   Le masque sur le visage est un geste barrière important.   Le bon sens
Texte à méditer :   Demain, « dans la pleine lumière des lendemains, il est facile de voir où nous avons été ignorants ou » ... « négligents ou maladroits.»   d"après W. Churchill
Texte à méditer :   Les fonctionnaires sont comme les livres d'une bibliothèque: ce sont les plus haut placés qui servent le moins.   G. Clémenceau
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles
 
 
 
 

Nouvelles

logos/logo_citoyens34-100x33.jpgUn gros gros mensonge - le 23/03/2020 ¤ 19:01 par Webmestre

Un gros mensonge ?

Il a été déclaré que le port du masque ne servait à rien ! Il y a pénurie prouvée, mondiale, de masques pour la société civile mais pas dans les hôpitaux. Cela vient d'être dit sur France 5, ce soir 23 mars à 18h30 par un éminents spécialiste, Professeur de médecine. L’établissement qui gère ces stocks, l’EPRUS (établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires) a été créé en 2007. Il est cofinancé par l’État (l’impôt) et l’assurance maladie (les cotisations sociales). La vision purement comptable qui suit la gestion de l’épidémie de H1N1 en France va avoir des conséquences directes sur les finances de cet établissement. L'EPRUS sera supprimé

La société civile et les médecins de ville ainsi que les soignants de ville ne sont pas tous fournis en masques FFP2. Nous citons un extrait du site Le Quotidien du Médecin« Ce qu’il faut résoudre, absolument résoudre, c’est la question des masques. »Philippe Juvin est chef du service des urgences de l’hôpital Georges Pompidou à Paris. Rattaché à l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, il considère ne pas faire partie des plus mal lotis en matière de matériel et de personnel. « Mais je regarde toute la médecine de ville, tous nos collègues médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, toutes ces personnes qui vont à domicile aider les personnes âgées à faire leur toilette, à manger... Ils n’ont pas de masques ! » s’indigne-t-il le 18 mars.

Notre avis

Le virus est propagé par les malades atteints (que la maladie soit visible ou pas). Le virus ne voyage pas dans l'atmosphère. C'est le porteur qui se déplace. Le masque sert alors de barrière pour empêcher que les gouttelettes de salive (postillons) ou d'éternuements  (nébulisations) n'atteignent une autre personne saine et la contaminent. 

Chez une personne saine qui prend le risque sciemment de sortir et qui ignore quelles rencontres elle peut faire, le masque lui sert à éviter de respirer des gouttelettes de nébulisations (postillons ou éternuements). C'est la première barrière. La seconde est celle qui consiste à éternuer dans son coude. La troisième barrière est la distance de sécurité de 1 m minimum entre deux personnes. La dernière barrière est d'utiliser le gel hydro-alcoolique ou, en rentrant chez soi, se laver soigneusement les mains au savon, tout simplement, notre bon vieux savon de Marseille, en pain ou en liquide.

N'oubliez pas de nettoyer les boutons de portes chez vous. Pas d'embrassades ni de serrements de mains.

Ne sortez que pour de bonnes raisons : se ravitailler en nourriture et en médicaments, pour aller chez votre médecin ou porter assistance à un proche.

N'oubliez pas de remplir votre attestation.