En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
 
 
 
 
Texte à méditer :   Résister doit être écrit au présent   Lucie Aubrac
Texte à méditer :   Amour sacré de la Patrie, conduis soutiens nos bras vengeurs ....   Rouget de l'Isle
Texte à méditer :   L'optimisme est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succès   Sir Baden-Powell
Texte à méditer :   La grande tâche de l'homme est de ne pas servir le mensonge.   Albert Camus
Texte à méditer :   Le serpent change de peau, non de nature.   Proverbe persan
Texte à méditer :   Il y a un communautarisme islamique qui n'a pas sa place sur la terre de France.   François Fillon
Texte à méditer :   Il faut écouter beaucoup et parler peu pour bien agir au gouvernement d'un État.   Cardinal de Richelieu
Texte à méditer :   L'optimisme va bien à qui en a les moyens.   Charles de Gaulle
Texte à méditer :   On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l'ont engendré   Albert Einstein
Texte à méditer :     Comité laïcité-république
Texte à méditer :   La force de la cité ne réside ni dans ses remparts, ni dans ses vaisseaux, mais dans le caractère de ses citoyens   Thucydide
Texte à méditer :   Plumez un poulet plume par plume, personne ne le remarquera.   Madeleine Allbright
Texte à méditer :   La démocratie participative : les citoyens sont les meilleurs experts que questions qui les concernent.   Mme Ségolène ROYAL
Texte à méditer :   Le citoyen défend la cité lorsque celle-ci est menacée.   Colonel (er) Michel GOYA
Texte à méditer :   Il ne faut pas craindre les tyrans mais ceux qui les laissent faire.   Jeanne Vandeschooten
Texte à méditer :   Surgis du ventre de la nuit, ils sont porteurs des foudre de Neptune.   Commandos de Marine
Texte à méditer :   Les deuils imposent des devoirs, ils commandent l'effort en commun   Ernest Renan (cité par F. Fillon)
Texte à méditer :   La France que nous aimons est, aujourdh'ui, menacée.   François Fillon
Texte à méditer :   L'effort est le vivier de l'homme qui tente de se relever   Sergent Vincent Dorival
Texte à méditer :   L'expérience est une bougie qui n'éclaire que celui qui la porte   Confucius
Texte à méditer :   Ce n'est pas le virus qui se promène, ce sont les gens qui le portent   Le bon sens
 
 

Mentions légales

Ce site est la propriété personnelle d'un Ancien Auditeur de l'Institut des Hautes-Etudes de la Défense Nationale française (IHEDN). Il se réclame de la liberté de pensée et d'expression garantie par la Constitution française. Il se veut lanceur d'alerte. Il est aussi le webmestre, membre de l'Association de soutien à l'Armée française (ASAF).

Nous sommes respectueux de la loi de notre république, des patriotes français au service de la France et de l'intérêt général quand nous exerçons notre droit à dénoncer, de bonne foi, les abus et les délits,adressant un signal d'alarme et, ce faisant, enclenchant un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective. C’est l’article 6 de la loi Sapin II, du 9 décembre 2016, qui précise ce qu'est un lanceur d'alerte.

Nous sommes respectueux des lois de notre pays. Nous avons le mensonge en horreur !

 

Nouveautés du site

(depuis 12 jours)
 

Contribuables

Ce site est basé à Montpellier, ne vit que sur la volonté d’un groupe de citoyens spoliés de leur droit à administrer l’Association des Contribuables de l’Hérault et à recevoir des comptes de leurs cotisations.

Les frais liés à notre hébergeur sont supportés par le webmestre. L’activité quotidienne d’un site nécessite un suivi informatique, pour faire face aux problèmes techniques ou aux malveillances.

Nous ne diffamons personne. Nous observons, nous lisons, nous capturons des écrans, des images et des articles publiés sur d'autres sites dont nous indiquons l'adresse Internet. Les preuves conservées nous servent à étayer nos témoignages. Bien sûr, nous ne dévoilons pas l'identité de nos amis qui s'adressent à nous sous des pseudonymes pas plus que leurs adresses Internet. Les contributions sont publiées après validation par le webmaster du site.

Contre les abus : défendons nous !

Nous avons de droit et le devoir de nous défendre. Nous lançons un appel à tous ceux qui étaient membres actifs, adhérents, de l'Association des Contribuables de l'Hérault (ACH34), laissés sans nouvelles depuis 2010 par la Présidente et le Bureau et qui souhaiteraient nous rejoindre dans notre lutte contre les dépensocrates débridés de notre métropole. Écrivez nous en cliquant la boîte "Contactez nous" (colonne de droite, en bas). Merci.

Retraités modestes matraqués par un pouvoir tenu par des gens qui ont une calculette à la place du cœur, réagissez ! 

 

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe

    visiteurs
    visiteurs en ligne

 

Notre doctrine

Nous allons vers la création d'une association de contribuables et citoyens de l'Hérault, avec votre soutien. Nous sommes là pour vous défendre, nous ne diffusons pas l'identité, les coordonnées, de ceux qui nous contactent et qui respectent les lois et les règles de la bienséance et de la politesse en usage dans notre pays. Ni droite ni gauche, ni centre, AU-DESSUS. Pour notre pays, dans le strict respect des lois, de tous nos concitoyens. Ce site est à vous : un blog, recueil de vos doléances, d'accès libre. 
Halte aux privilèges indûs, halte aux grands projets inutiles, aux présidents de comités théodule, ministres, députés, sénateurs, hauts-fonctionnaires, roitelets de campagnes, grassement payés, aux « dépensocrates », à ceux qui vivent aux crochets de l'État avec nos impôts ! 

Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Lois
 
 
 
 

Blog - Lois


Dura lex sed lex : nul ne peut ignorer la loi  -  par   PereSiffleur

L'actualité de ces derniers jours résonne des bruits de l'incident du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. Un conseiller s'est adressé calmement et respectueusement à Madame la Présidente du Conseil pour lui demander de faire respecter la réglementation en vigueur sur le port de signes religieux ostentatoires par une accompagnatrice d'une classe d'école primaire en visite au Conseil (11 octobre 2019). Cette femme, Mme Fatima E, portait, en effet, un foulard noir cachant ses cheveux mais aussi un vêtement noir couvrant ses épaules et son corps : une tenue revendicative d'une religion islamique radicalisée.

La polémique a enflé, le parti pris de la Présidente de région est manifeste et parfaitement audible-visible dans les différents films consultables sur le net (Film de BFM-TV sur diverses questions communautaires).

1 - Notion de collaborateur occasionnel du service public

Aucun des protagonistes de cette lamentable affaire ne connait le droit et notamment la définition du statut des collaborateurs occasionnels et bénévoles du service public. Une accompagnatrice de classes en sortie est un collaborateur-trice occasionnel-le du service public et comme tel-le, soumis-e aux règles qui s'appliquent aux agents du service public, en particulier celles sur le port de signes religieux ostentatoires. Il est de notoriété publique que la tenue noire portée par cette accompagnatrice (un foulard-hijab et un jilbab-jellaba noirs) est un signe d'appartenance (ou de soumission) à un groupe qui se dit musulman et qui est animé par des gens proches de la mouvance des Frères Musulmans dont on connait les thèses radicales et les liens supposés avec les salafistes (voire avec les jihadistes ?). Rappelons que le noir est la couleur du drapeau arboré par DAECH. Est-de une coïncidence ?

Nous soumettons à nos lecteurs le texte situé à l'URL suivante (https://www.cdg61.fr/file_manager_download.php?id=1925). Ce texte est clair et protège tous ceux qui estiment que la loi de la républicaine prime sur la loi islamique et qui ne demandent qu'à vivre en paix en France.

D'autre part, il convient de préciser qu'une sortie scolaire est le prolongement de l'école, hors les murs. Elle reste une classe de l'école publique, une classe hors-les-murs (nous insistons) et, comme telle, soumis aux lois et règlements qui s'appliquent à l'école publique de la République, à savoir la laïcité et l'interdiction des signes religieux ostentatoires. Il n'est pas besoin d'une loi spéciale, il suffit d'appliquer celles qui existent.

2 - Suites de cet incident

Quelques jours après l'incident, l'accompagnatrice s'est rapprochée du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), une association proche des Frères Musulmans. Rappelons que cette mouvance islamiste est interdite dans plusieurs pays musulmans et tolérée dans notre pays.

Si nous compatissons aux larmes de l'enfant de cette dame, bambin qui n'a pas très bien compris ce qui se passait, nous compatissons aussi au chagrin immense des enfants des victimes du tueur-égorgeur Mickaël Harpon et à celui des proches des 265 victimes des attentats islamistes en France, attentats commis au nom d'Allah (Allah akbar !). 

3 - Distinction entre islam et islamistes

L'islam, religion de paix et de tolérance n'a pas d'autorité centrale, à l'image des religions israélites et chrétiennes. L'islam, tel que présenté par de nombreux auteurs reconnus, est pratiqué par la majorité des musulmans qui souhaitent vivre en paix dans notre pays. Ils ont droit à tout notre respect et à pratiquer leur religion en toute liberté dans leur sphère privée. C'est à eux qu'il appartient de lutter contre les tenants d'une religion radicale qui se réfère à des versets coraniques inacceptables et qui prêchent la haine et l'inégalité entre hommes et femmes. Ce sont eux qui contraignent des femmes à porter cette tenue noire, signe de l'islam radical à prétentions politiques, un islam qui n'a pas sa place dans notre France républicaine symbolisée par la « Liberté guidant le peuple » (tableau de Delacroix) brandissant un drapeau français républicain.

C'est de cet islam conquérant et politique dont nous avons le droit de ne pas vouloir et dont nous avons la phobie. Ce n'est pas de l'islamophobie mais de l'islamistophobie, de la salafistophobie, de la jihadophobie.

Voyez le billet d'AsterixFurax sur ce site : https://www.citoyen34.fr/blog.php?lng=fr&sel=pg&tconfig=0&pg=521

L'actualité de ces derniers jours résonne des bruits de l'incident du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. Un conseiller s'est adressé calmement et respectueusement à Madame la Présidente du Conseil pour lui demander de faire respecter la réglementation en vigueur sur le port de signes religieux ostentatoires par une accompagnatrice d'une classe d'école primaire en visite au Conseil (11 octobre 2019). Cette femme, Mme Fatima E, portait, en effet, un foulard noir cachant ses cheveux mais aussi un vêtement noir couvrant ses épaules et son corps : une tenue revendicative d'une religion islamique radicalisée.

La polémique a enflé, le parti pris de la Présidente de région est manifeste et parfaitement audible-visible dans les différents films consultables sur le net (Film de BFM-TV sur diverses questions communautaires).

1 - Notion de collaborateur occasionnel du service public

Aucun des protagonistes de cette lamentable affaire ne connait le droit et notamment la définition du statut des collaborateurs occasionnels et bénévoles du service public. Une accompagnatrice de classes en sortie est un collaborateur-trice occasionnel-le du service public et comme tel-le, soumis-e aux règles qui s'appliquent aux agents du service public, en particulier celles sur le port de signes religieux ostentatoires. Il est de notoriété publique que la tenue noire portée par cette accompagnatrice (un foulard-hijab et un jilbab-jellaba noirs) est un signe d'appartenance (ou de soumission) à un groupe qui se dit musulman et qui est animé par des gens proches de la mouvance des Frères Musulmans dont on connait les thèses radicales et les liens supposés avec les salafistes (voire avec les jihadistes ?). Rappelons que le noir est la couleur du drapeau arboré par DAECH. Est-de une coïncidence ?

Nous soumettons à nos lecteurs le texte situé à l'URL suivante (https://www.cdg61.fr/file_manager_download.php?id=1925). Ce texte est clair et protège tous ceux qui estiment que la loi de la républicaine prime sur la loi islamique et qui ne demandent qu'à vivre en paix en France.

D'autre part, il convient de préciser qu'une sortie scolaire est le prolongement de l'école, hors les murs. Elle reste une classe de l'école publique, une classe hors-les-murs (nous insistons) et, comme telle, soumis aux lois et règlements qui s'appliquent à l'école publique de la République, à savoir la laïcité et l'interdiction des signes religieux ostentatoires. Il n'est pas besoin d'une loi spéciale, il suffit d'appliquer celles qui existent.

2 - Suites de cet incident

Quelques jours après l'incident, l'accompagnatrice s'est rapprochée du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), une association proche des Frères Musulmans. Rappelons que cette mouvance islamiste est interdite dans plusieurs pays musulmans et tolérée dans notre pays.

Si nous compatissons aux larmes de l'enfant de cette dame, bambin qui n'a pas très bien compris ce qui se passait, nous compatissons aussi au chagrin immense des enfants des victimes du tueur-égorgeur Mickaël Harpon et à celui des proches des 265 victimes des attentats islamistes en France, attentats commis au nom d'Allah (Allah akbar !). 

3 - Distinction entre islam et islamistes

L'islam, religion de paix et de tolérance n'a pas d'autorité centrale, à l'image des religions israélites et chrétiennes. L'islam, tel que présenté par de nombreux auteurs reconnus, est pratiqué par la majorité des musulmans qui souhaitent vivre en paix dans notre pays. Ils ont droit à tout notre respect et à pratiquer leur religion en toute liberté dans leur sphère privée. C'est à eux qu'il appartient de lutter contre les tenants d'une religion radicale qui se réfère à des versets coraniques inacceptables et qui prêchent la haine et l'inégalité entre hommes et femmes. Ce sont eux qui contraignent des femmes à porter cette tenue noire, signe de l'islam radical à prétentions politiques, un islam qui n'a pas sa place dans notre France républicaine symbolisée par la « Liberté guidant le peuple » (tableau de Delacroix) brandissant un drapeau français républicain.

C'est de cet islam conquérant et politique dont nous avons le droit de ne pas vouloir et dont nous avons la phobie. Ce n'est pas de l'islamophobie mais de l'islamistophobie, de la salafistophobie, de la jihadophobie.

Voyez le billet d'AsterixFurax sur ce site : https://www.citoyen34.fr/blog.php?lng=fr&sel=pg&tconfig=0&pg=521

Fermer

citoyen34
Publié le 17/10/2019 ¤ 20:42   | |    |


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !