En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
 
 
 
 
Texte à méditer :   Résister doit être écrit au présent   Lucie Aubrac
Texte à méditer :   Amour sacré de la Patrie, conduis soutiens nos bras vengeurs ....   Rouget de l'Isle
Texte à méditer :   L'optimisme est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succès   Sir Baden-Powell
Texte à méditer :   La grande tâche de l'homme est de ne pas servir le mensonge.   Albert Camus
Texte à méditer :   Le serpent change de peau, non de nature.   Proverbe persan
Texte à méditer :   Il y a un communautarisme islamique qui n'a pas sa place sur la terre de France.   François Fillon
Texte à méditer :   Il faut écouter beaucoup et parler peu pour bien agir au gouvernement d'un État.   Cardinal de Richelieu
Texte à méditer :   L'optimisme va bien à qui en a les moyens.   Charles de Gaulle
Texte à méditer :   On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l'ont engendré   Albert Einstein
Texte à méditer :     Comité laïcité-république
Texte à méditer :   La force de la cité ne réside ni dans ses remparts, ni dans ses vaisseaux, mais dans le caractère de ses citoyens   Thucydide
Texte à méditer :   Plumez un poulet plume par plume, personne ne le remarquera.   Madeleine Allbright
Texte à méditer :   La démocratie participative : les citoyens sont les meilleurs experts que questions qui les concernent.   Mme Ségolène ROYAL
Texte à méditer :   Le citoyen défend la cité lorsque celle-ci est menacée.   Colonel (er) Michel GOYA
Texte à méditer :   Il ne faut pas craindre les tyrans mais ceux qui les laissent faire.   Jeanne Vandeschooten
Texte à méditer :   Surgis du ventre de la nuit, ils sont porteurs des foudre de Neptune.   Commandos de Marine
Texte à méditer :   Les deuils imposent des devoirs, ils commandent l'effort en commun   Ernest Renan (cité par F. Fillon)
Texte à méditer :   La France que nous aimons est, aujourdh'ui, menacée.   François Fillon
Texte à méditer :   L'effort est le vivier de l'homme qui tente de se relever   Sergent Vincent Dorival
Texte à méditer :   L'expérience est une bougie qui n'éclaire que celui qui la porte   Confucius
Texte à méditer :   Ce n'est pas le virus qui se promène, ce sont les gens qui le portent   Le bon sens
 
 

Mentions légales

Ce site est la propriété personnelle d'un Ancien Auditeur de l'Institut des Hautes-Etudes de la Défense Nationale française (IHEDN). Il se réclame de la liberté de pensée et d'expression garantie par la Constitution française. Il se veut lanceur d'alerte. Il est aussi le webmestre, membre de l'Association de soutien à l'Armée française (ASAF).

Nous sommes respectueux de la loi de notre république, des patriotes français au service de la France et de l'intérêt général quand nous exerçons notre droit à dénoncer, de bonne foi, les abus et les délits,adressant un signal d'alarme et, ce faisant, enclenchant un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective. C’est l’article 6 de la loi Sapin II, du 9 décembre 2016, qui précise ce qu'est un lanceur d'alerte.

Nous sommes respectueux des lois de notre pays. Nous avons le mensonge en horreur !

 

Nouveautés du site

(depuis 12 jours)
 

Contribuables

Ce site est basé à Montpellier, ne vit que sur la volonté d’un groupe de citoyens spoliés de leur droit à administrer l’Association des Contribuables de l’Hérault et à recevoir des comptes de leurs cotisations.

Les frais liés à notre hébergeur sont supportés par le webmestre. L’activité quotidienne d’un site nécessite un suivi informatique, pour faire face aux problèmes techniques ou aux malveillances.

Nous ne diffamons personne. Nous observons, nous lisons, nous capturons des écrans, des images et des articles publiés sur d'autres sites dont nous indiquons l'adresse Internet. Les preuves conservées nous servent à étayer nos témoignages. Bien sûr, nous ne dévoilons pas l'identité de nos amis qui s'adressent à nous sous des pseudonymes pas plus que leurs adresses Internet. Les contributions sont publiées après validation par le webmaster du site.

Contre les abus : défendons nous !

Nous avons de droit et le devoir de nous défendre. Nous lançons un appel à tous ceux qui étaient membres actifs, adhérents, de l'Association des Contribuables de l'Hérault (ACH34), laissés sans nouvelles depuis 2010 par la Présidente et le Bureau et qui souhaiteraient nous rejoindre dans notre lutte contre les dépensocrates débridés de notre métropole. Écrivez nous en cliquant la boîte "Contactez nous" (colonne de droite, en bas). Merci.

Retraités modestes matraqués par un pouvoir tenu par des gens qui ont une calculette à la place du cœur, réagissez ! 

 

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe

    visiteurs
    visiteurs en ligne

 

Notre doctrine

Nous allons vers la création d'une association de contribuables et citoyens de l'Hérault, avec votre soutien. Nous sommes là pour vous défendre, nous ne diffusons pas l'identité, les coordonnées, de ceux qui nous contactent et qui respectent les lois et les règles de la bienséance et de la politesse en usage dans notre pays. Ni droite ni gauche, ni centre, AU-DESSUS. Pour notre pays, dans le strict respect des lois, de tous nos concitoyens. Ce site est à vous : un blog, recueil de vos doléances, d'accès libre. 
Halte aux privilèges indûs, halte aux grands projets inutiles, aux présidents de comités théodule, ministres, députés, sénateurs, hauts-fonctionnaires, roitelets de campagnes, grassement payés, aux « dépensocrates », à ceux qui vivent aux crochets de l'État avec nos impôts ! 

Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Tous les billets
 
 
 
 

Blog - Tous les billets

En France, on ergote autour de la chloroquine et notre Premier Ministre a déclaré qu'il fallait l'administrer aux cas graves, c.a.d. aux patients dont la charge virale est la plus élevée. Nous ne sommes pas d'accord : l'organisme risque d'être submergé par une importante charge virale avec des lésions graves et des risques de séquelles ! NON, NON, NON et NON : il faut attaquer la maladie dès les premiers symptômes !  Bien sûr, si le patient n'a pu être traité avant, il faut attaquer le virus et l'empêcher de submerger les défenses.

En Russie, on n'a pas d'états d'âmes : selon plusieurs sources, il apparaît qu'un médicament à base de méfloquine est disponible, associé à un antibiotique. Un des articles (cliquez sur ce lien) explique que la Russie a profité de l'expérience chinoise et française ! Vous avez bien lu « expérience française » (cliquez sur ce lien vers un 2e article). Laquelle ? Celle du combat d'aveugles dans un tunnel des oiseaux de plateau-télé ou celle du professeur Didier Raoult (CHU La Timone de Marseille) ? Le CHRU de Montpellier lui a emboîté le pas !

L'observateur Argos Panoptés

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen.jpg

Publié le 29/03/2020 ¤ 11:06  - aucun commentaire - |     |

Qui cherche trouve. Un de nos amis biologiste (non-médecin) a été fortement intrigué par la hargne que manifeste un quarteron de spécialistes à l'encontre du professeur Didier Raoult et son traitement à la chloroquine. Le professeur marseillais a tiré parti des essais cliniques chinois qui n'ont pas fait l'objet de publications acédémiques classiques.

Faire une publication académique bénie par des comités de lecture est un processus qui prend du temps. Or, notre chef de l'État l'a dit et répété « Nous sommes en guerre », par deux fois ! A la guerre comme à la guerre, nous sommes dans l'urgence et des essais cliniques qui peuvent sauver des vies, on ne doit pas les interdire ni les canaliser, voire les freiner, ou les contrarier. Le professeur Raoult lui, préfère agir auprès de ses malades (voyez l'article du Parisien du 27 mars 2020). Nous en donnons des extraits :

« S'appuyant notamment sur les travaux de scientifiques et médecins chinois, qu'il considère comme « les meilleurs spécialistes de virologie au monde », il aurait trouvé le remède au Covid-19. Sa solution : utiliser la chloroquine (plus précisément, l'un de ses dérivés, l'hydroxychloroquine), un anti-paludique employé depuis 1949, en association avec le seul antibiotique qui fonctionne sur les virus, l'azithromycine. « Ce sont des molécules anciennes, sans problème majeur de toxicité, et immédiatement disponibles », explique-t-il dans ses vidéos devenues « virales ». « C'est efficace sur les cas positifs d'infection à ce nouveau coronavirus, ajoute-t-il. Le Covid-19 est probablement l'infection la plus facile à traiter. Ce n'est donc pas la peine de s'exciter, il faut travailler. » ...

Peut-être est-ce là des affirmations qui ont été mal comprises ?

La chloroquine, remède miracle contre le coronavirus selon le Pr Raoult, c'est quoi ? ...

Sans filtre, il fustige les « oiseaux de plateaux télé » qui « parlent comme dans les bars et n'y connaissent rien ».

Lui, il agit! Et déclare qu'il n'attend rien des nouveaux essais cliniques à grande échelle, finalement autorisés par le gouvernement, ...».

La question de la chloroquine

La chloroquine est un antipaludéen de synthèse, un vieux médicament qui ne coûte plus rien, les droits sont prescrit, il était en vente libre. Ses effets secondaires sont connus, bien connus. Il s'est révélé efficace contre un autre corona-virus et la Chine l'a employé avec succès contre celui qui l'a infectée (et nous par la même occasion).

La question est de savoir pourquoi l'usine qui le fabrique pour un grand laboratoire était en cessation de paiement ? Pourquoi le 10 janvier 2020 ce médicament a été interdit de vente libre ? Quels sont les intérêts dont on ne parle pas qui ont agi ?

Nous avons une partie de la réponse dans cet article de Libération (Cliquez sur ce lien). La chloroquine serait génotoxique ? Ce qui est contesté par les médecins qui prescrivent l'hydroxychloriquine pour le lupus.

Le mode d'action dans le paludisme

Le paludisme est provoqué par un protozoaire, le Plasmodium falciparum, un micro-organisme véhiculé par différents moustiques dont l'Anophèle. La femelle s'infecte en piquant un malade paludéen puis inocule la parasite, les piqures sont faites pour se nourrir du sang. Le réservoir du parasite est dans les glandes salivaires du moustique, l'hôte le sujet humain infesté.

En simplifiant, dans le sang, le parasite (sporozoïte) infecte les globules rouges en y pénétrant et s'y reproduit . Les globules rouges éclatent et libèrent des mérozoïtes, le cycle dure environ 48h. Sans traitement, l'infestation peut être mortelle. La chloroquine (et ses dérivés) bloquent le cycle de reproduction dans les globules rouges en empêchant un des processus de se produire. Nous citons :

« La chloroquine agit sur le parasite à son stade intra-érythrocytaire, période au cours de laquelle s’exprime la maladie. Dans le globule rouge, le Plasmodium digère l’hémoglobine en libérant la molécule d’hème, hautement toxique. Pour éviter cette toxicité, le parasite provoque la polymérisation de l’hème en cristaux inertes d’hémozoïne. Dans cette vacuole digestive créée par le Plasmodium à l’intérieur du globule rouge, la chloroquine s’oppose à la cristallisation et forme avec l’hème un complexe toxique qui détruit le parasite. ». 

Hélas, le parasite acquier une résistance à la chloroquine, obligeant la recherche à mettre au point d'autres molécules.

Le mode d'action dans la maladie à SARS-COV-2

La maladie à SARS-COV-2 ou Covid-19 est provoquée par un virus, un organisme totalement différent du Plasmodium du paludisme. Ce virus à couronne (corona) pénêtre dans les cellules du système respiratoire. Le processus peut être simplifié, le virus de multiplie en détournant le fonctionnement de la cellule pour répliquer des virus, un peu comme le protozoaire responsable du paludisme (toutes proportions gardées) . La biochimie d'une cellule envahie est un domaine complexe maîtrisé par les professeurs de médecine et les grands chercheurs français. 

Peut-on imaginer que, comme dans sont intervention dans le cycle du parasite Plasmodium, une chaîne de réactions bio-chimiques se bloquerait, empêchant la multiplication (la réplication) du virus ? Il y aurait diminution de la charge virale !

Les essais cliniques menés en Chine et maintenant en France, à Marseiile (Pr. Didier Raoult) semblent encourageants et vont dans le sens de la guérison des patients. 

Histoire récente de la chloroquine

Vieux médicament, la chloroquine commercialisée par la grand pharmacien SANOFI a été classée parmi les substances vénéneuses (Liste II, à ne délivrer que sur ordonnance). C'est un arrêté du 13 janvier 2020 signé par le directeur général de la santé qui a validé ce qui était une pratique répandue (ordonnance).

Il est certain que même en invoquant une ordonnance médicale, la réponse de plusieurs pharmaciens a été « Adressez vous à l'hôpital ! ». Circulez, y'a rien a voir.

La question est de savoir si on veut empêcher les français de se soigner ? Le Professeur Raoult est médecin, libre de ses prescriptions et il semble avancer. Le président de la fédération des médecins de France (FMF), le docteur Jean-Paul Hamon, un sexagénaire, s'exprimant sur la chaîne C-News ce 28 mars 2020, a dit avoir été frappé du SARS-COV-2 et avoir pris du plaquenil (un nom commercial pour l'hydroxichloroquine). Il a arrêté sa médication pour cause de nausées au bout de 2 jours ½. Il parle maintenant de reprendre son travail. 

Les antiviraux

Il n'existe, à ce jour, aucune molécule antivirale spécifique. Le virus est nouveau, il n'y a pas assez de recul et la course est lancée au « repositionnement » de médicaments existants. La revue Sciences et Avenir nous présente le tableau des possibilités de lutte.

En attendant, laissons travailler ceux qui sont sur le terrain, au contact des malades, de leurs patients.

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen.jpg

Publié le 28/03/2020 ¤ 11:21  - 1 commentaire - |     |
Nouveau  logos/logo_citoyens34-100x33.jpgLes causes de notre impuissance  -  par webmaster

Les causes de notre impuissance nationale

Nous réagissons au document ASAF publié dans le revue trimestrielle « Engagement » (n° 126, printemps 2020). Cet article (p. 11) a précédé le paroxysme actuel de la pandémie de coronavirus qui frappe notre pays. Le 25 mars 2020, le Président de la République, en visite à l'hôpital militaire de campagne de Mulhouse, a rendu hommage à l'action de notre armée (Terre-Air-Mer-Cyber). Il faut y ajouter tout ceux qui luttent contre une minuscule boule de protéines appelée Corona-Virus. Les scientifiques l'appellent SARS-COV-2. 

coronaviruses_004_lores-800px-.jpg

Coronavirus vu au microscope électronique

1 - En premier lieu

Nous sommes confrontés à des situations éminemment complexes qui expliquent les revers qui sont constatés depuis plusieurs années et, récemment, la manière dont a été abordée l'infestation épidémio-pandémique à laquelle nous avons à faire face. Les crises, notamment en matière de santé et d'épidémiologie, ne sont pas solubles par des équations les plus inconcevables. Nous sommes face ici, à des causes sociétales et biologiques, face à une méconnaissance des lois de l'Écologie. Il ne s'agit pas d'écologie politique mais de la science multidisciplinaire qui recoupe de manière horizontale les autres domaines de la science traditionnelle dont la biologie, la climatologie, l'épidémiologie et, en médecine, la virologie.

Les considérations de politique politicienne, basées sur des schémas simples et manichéens (manichéisme au sens moderne). Ces considérations mêlent des conflits ethniques et religieux, irrédentistes, avec des contestations de frontières et des ambitions régionales, des intérêts de grandes puissances et de la criminalité tentaculaire. La mondialisation favorise la fluidité et la contagion d'agents pathogènes dont les métastases se répandent à distance, à la vitesse des avions, des trains et des automobiles, plus modestement des piètons.

2 - En second lieu

Nos dirigeants actuels et leurs prédécesseurs ont été nourris à la mamelle de l'École Nationale d'Administration et leur expérience professionnelle, sauf rares exceptions, n'ont côtoyé ni la biologie, ni l'écologie, ni la médecine, ni les laboratoires de recherche, ni les forces armées. Dépensocrates pour leurs émoluments, ils ont appliqué une politique de restrictions budgétaires, suivis par ceux de leurs congénères qui ont intégré les grandes sociétés industrielles et commerciales. Là, ont été décidées des délocalisations qui ont privé notre nation de productions stratégiques. L'ennemi auquel nous sommes confrontés se moque des frontières des états. Des budgets trop contraints ont mené à diminuer les stocks stratégiques (masques, réactifs pour dépistages, solutions hydro-alcooliques, etc.). Comme pour nos armées réduites à la taille de corps expéditionnaires, nos hôpitaux ont subi des réductions de sites, des fermetures de lits. Face à la crise sanitaire, les moyens ont manqué. Pourtant, il y a eu des avertissements mais les lanceurs d'alertes ont été traités par le mépris !

La crise nous a fait découvrir notre dépendance à l'égard de nombre de produits cités ci-dessus mais aussi que plus de 80% des molécules médicamenteuses nécessaires à notre industrie pharmaceutique occidentales française. La Chine et l'Inde en étaient les fabricants « génériques ». On pourrait faire un parallèle avec nos industries de l'armement (drones, catapultes de porte-avion, turbines de sous-marins nucléaires, armes individuelles, etc.).

3 - Les leçons de la crise à la l'aune de l'écologie

L'écologie, comme science, l'écologie scientifique, se définit comme la science qui étudie les êtres vivants, leur milieu de vie ou environnement, et les relations qu'ils entretiennent. L'écologie fait partie d'une discipline scientifique supérieure qui est la science de l'environnement. Cette science est considérée par certains comme un nouveau paradigme, une nouvelle façon de voir le domaine scientifique appliqué à la planète Terre (physique, chimie, biologie, pédologie, climatologie, géologie, etc.

3.1 Circulation à courte distance

La circulation du virus qui nous a agressé se limite à un ou deux mètres de distance du patient qui en est porteur. Celui-ci postillonne ou éternue, ses nébulisations ne vont guère plus loin. Si elles n'atteignent aucun être humai voisin, les gouttelettes sèchent et le virus meurt rapidement (le temps varie selon le type de support qui reçoit le dépôt, quelques minutes en général). Si le dépôt atterrit sur un être humain, bingo, le virus va suivre une chaîne d'infestation. Les points d'entrée sont la bouche, le nez, les yeux. Les mains sales porteuses de virus vont amener celui-ci au visage car, inconsciemment, on se touche le visage ou on respire un postillon ou une nébulisation.

3.2 Le transport à grande distance

Là, intervient la sociologie appliquée à l'écologie ou l'épidémiologie, science des propagations des maladies infectieuses. Un individu malade (un patient ?) ne manifeste pas immédiatement les symptômes qui peuvent être :

  • absents, porteur d'apparence saine,
  • présents mais discrets ou masqués, notamment par la prise d'anti-pyrétiques pour baisses la fièvre,
  • présents de manière violente (malade très atteint).

L'espèce humaine est très mobile et les concentrations urbaines favorisent les contacts entre piétons. Les avions et bateaux parcourent de longues distances, un malade contaminant va exporter la maladie au loin. Les responsables politiques, pour des raisons essentiellement économiques, ont hésité à restreindre la circulation des voyageurs, en France. Des rassemblements sportifs, religieux, ont été maintenus alors qu'il fallait bloquer tous les déplacements et rassemblements ! L'impuissance des pouvoirs publics, incapable d'apprécier le véritable danger de la contamination et du transport des malades potentiels, a grandement contribué à la dissémination du virus à l'échelle mondiale. En France, la pénurie de moyens de protection et de détection (dépistage), les frontières ouvertes et fermées tardivement, des grappes (clusters) se sont formées aboutissant à des situations inouiïes, oui, inouïes car jamais vues ni entendues! Car ce virus inconnu jusqu'à présent, a été jugé avec légèreté par ignorance des sciences environnementales, l'écologie en particulier. Les mécanismes de circulation des êtres vivants, animaux, végétaux, bactéries, virus, ne sont pas très connus. Ils se rappellent brutalement à nous.

3.3 Hommage à ceux de la première ligne

Nos médecins et tout le personnel soignant, auxiliaires, conducteurs sanitaires, forces de sécurité (armée, police, gendarmerie, pompiers, etc. sont en première ligne et subissent les conséquences de cette impuissance dont nous osons penser qu'elle n'a pas été sciemment organisée mais résultant d'une logique comptable de gestion.

Conclusion

La biologie devra être considérée avec plus d'égards. Nous avons entendu cette soirée du 25 mars, le revirement complet du chef de l'État dans son allocution. Il est « allé à Canossa ». Revirement face aux hôpitaux dont la crise a révélé l'indigence budgétaire et le dévouement des personnels (j'en ai été témoin), revirement face à nos armées dont le dévouement et l'engagement ont été appréciés, etc. Notre jeune génie a peut-être compris. En attendant, l'unité nationale ne doit pas souffrir de failles mais critiquer ne va pas à l'encontre de cette unité.

Le journal hebdomadaire satyrique « L'Agglorieuse » du 25 mars 2020 écrit dans sa une « En l'occurrence, Édouard Philippe ou Emmanuel Macron ne sont pas les aigles qu'ils voudraient paraître, ils ne sont que les communicants de d'un collège de scientifiques dont ils répercutent les analyses et les recommandations.». Pour avoir côtoyé pendant quelques années ces mandarins de la science et de la médecine, je ne suis pas étonné qu'ils soient vexés qu'un de leur collègue marseillais ait préféré retourner auprès de ses malades poursuivre son combat à la chloroquine contre le virus plutôt que d'ergoter sur le formalisme des publications scientifiques ! Le CHRU de Montpellier a décidé aussi de tester cet antipaludéen. Car il est un principe qu'utilisent ces médecins : la liberté de prescription, n'en déplaise aux agences délivrant les autorisations de mise sur le marché. Qui se cache derrière ces mandarins ? Défendent-ils bien l'intérêt général ou des intérêts particulier et si oui, lesquels ? Allons nous manquer de chloroquine (Nivaquine) ?

Lorsque nous aurons doublé le cap de cette mauvaise tempête, ceux qui ont failli devront rendre des comptes à la Nation. Il doivent en prendre conscience. « Quand le peuple fait entendre sa voix souveraine, ... ». Assez d'impuissance, il en va de la vie de patients.

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen.jpg

Publié le 26/03/2020 ¤ 11:37  - aucun commentaire - |     |

« Non peripatos pro pedi ? » 

Nous sommes en pleine pandémie. Au début de janvier 2020, nous nous gaussions de ces chinois mangeurs de chauves-souris et de pangolins qui pataugeaient avec un virus inconnu. On ne savait pas que cette bébête allait venir jusqu'à nous et se répandre comme ... la peste ! La Chine, c'est loin ! Des milliers de kilomètres, des terres à parcourir sur un certain chemin de la soie. Seulement, on a oublié que si le virus ne franchit pas naturellement plus de 2 m dans un postillon ou une gouttelette d'éternuat, un être humain contaminé peut prendre un avion. Le virus s'est installé dans un être à deux pattes capable de voyager très loin dans nos modernes monture que sont les avions, les trains, les automobiles. Et ainsi, ce chenapan de Corona-Virus ou SARS-CoV-2 a entrepris un long périple très tortueux. D'abord, il a fallu aller chercher, ce qui est normal, nos compatriotes bloqués en Chine, là où ils exerçaient leur métier d'expatriés ! Et on les a confinés 14 jours en deux voyages, en des lieux bien gardés et autrefois réservés à des vacances. Mais voilà, un malade venait de sauter plusieurs milliers de kilomètres aux frais de la Res Publica. Il y avait un ou plusieurs personnes contaminées.

Chez nos voisins italiens, il y avait des liens économiques très forts avec Wuhan et le temps que les autorités réagissent, il y avait des contaminations. A la fermeture des frontières, des petits malins ont atterri en Suisse, à Bâle plus exactement et on rallié Milan avec, dans leurs corps, le SARS-COV-2 ! On voit où en est actuellement l'Italie, saturée de malades, appelant au secours la Russie et ses Antonov géants. Le temps que les vols aériens cessent et les voyages de retour, la France et l'Espagne recevaient généreusement ce voyageur sans valises qui nous vaut une infestation majeure dans l'est de notre pays. Pédibus, à cheval, en voiture, en avion, SARS-Cov-2 a envahi l'Europe. La voie aérienne a largement contribué à l'extension de ce qui est devenu une pandémie majeure. Non, pas de peripatos pro-pedi ! La voie aérienne, mondialement !

La paralysie économique, rapide, de la Chine n'a pas été suffisamment analysée et aucune leçon n'a été tirée. Pourtant, des voix se sont élevées pour demander d'urgence la fermeture des frontières dès la mi-janvier. Comment a-ton répondu : fermer, confiner ? On s'est contenté de jalonner les jours en annonçant les étapes de la propagation du virus en France et dans le monde. Les ricanements on vite cessé mais il a fallu attendre le 17 mars 2020 pour qu'enfin, l'Union européenne se décide à décréter la fermeture des frontières de l'Europe ! Le confinement en France a débuté le 17 mars dernier ! Faute de pouvoir dépister les malade par pénurie de réactifs pour les tests, on a décidé de boucler tout le monde ! Les masques de protection se sont révélés introuvables ! Le gel hydro-alcoolique a dispararu des pharmacies. Le 16 mars 2020, le chef de l'Etat déclarait la guerre : nos sommes en guerre. Une drôle de guerre avec des soldats sans armes !

Les conséquences catastrophique pour notre pays

Les atermoiements, les coups de godille, les contradictions des uns et des autres ont eu pour conséquence la paralysie économique de notre pays ! On bricole à droite et à gauche, une ancienne ministre devenue candidate à la mairie de la capitale se met à parler ! Elle avait mis en garde dès le début de l'épidémie en Chine disait elle ! Cause toujours ! Et çà continue : manque de masques, manque de test pour dépister, rassemblements de supporters italiens pour un match de foot autorisés, etc.

Un grand rassemblement religieux dans l'est de la France essaime ses participants et le virus vers la région parisienne ! Le pays boit son activité économique paralysée : fermeture d'usines, fermetures de commerces, fermetures de marchés locaux dans les communes, au prétexte que quelques dans uns il n'y a pas eu respect des distances entre clients, etc. Une incohérence : on ferme les stations d'autoroutes, les conducteurs routiers sont privés de toilettes, de douches et de repas ; on ré-ouvrira en hâte quelques jours après !

La pénurie de masques est vite comblée dans les hôpitaux mais les soignants de ville, médecins, infirmiers.ères en manquent. Dans l'est, le mal empire, il faut faire installer un hôpital militaire de campagne équipé  en réanimation.

Cerise sur le gâteau : un éminent professeur de médecine de réputation internationale a observé qu'en Chine une molécule freinait l'évolution du virus : la chloroquine, plus connue pour ses qualités antipaludiques de longue dats (plus de 70 ans !). Il a obtenu des résultats dans son institut de Marseille. Il est victime d'une violente controverse de la part de ses collègues parisiens au prétexte qu'on manque de recul. Mal conseillé et incompétent en biologie, notre premier ministre décrète qu'il faut soigner les patients gravement atteints alors qu'au contraire, il faut attaquer la maladie au début ! 

Ici, à Montpellier, au CHRU, les essais cliniques sur cette molécule vont être continués. On n'a pas attendu le verdict négatif d'un quarteron de  mandarins parisiens ni l'appel désespéré du directeur des hôpitaux de Paris (APHP) qui voit arriver une situation de crise grave et la saturation de ses ressources ! Les ressources humaines en personnel soignant risquent de manquer !

Enfin, on apprend que des avions gros porteurs vont aller chercher en Chine les masques qui nous manquent ! Depuis combien de temps auraient-ils dûs être revenus avec leurs cargaisons ?

La chienlit, ça suffit !  Le monstre caricaturé ci-dessous ne doit pas avoir le dessus.

abstentivirus270x300.jpg

D'aprés le journal l'Agglorieuse n° 878 du 18 mars 2020

Publié le 25/03/2020 ¤ 16:15  - aucun commentaire - |     |
Nouveau  logos/logo_citoyens34-100x33.jpgTémoignage sur Facebook  -  par webmaster

Un de nos amis a fait un beau voyage au Vietnam et en Thölande, en début d'année 2020. Il s'agit d'un habitant de Lattes qui, informations vérifiées à ce jour, est en forme. Après son retour, il publie régulièrement sur sa page Facebook. Il s'agit de M. Jacky Chanton dont nous mettons ici l'adresse de la page. Cliquez sur ce lien pour le lire. C'est un honnête citoyen, retraité qui a voulu faire un beau voyage qui aurait pu mal finir.

site_Fessebook_JC-231x150.png

Cliquez dur l'image pour agrandir

Son témoignage est clair. Il a voulu éviter de passer par la Chine à son retour, on lui demandait un prix prohibitif, sans garantie d'avoir une place d'avion. Il a dû revenir, comme prévu, par Pékin.

A son arrivée le 30 janvier dernier à Canton, il a été "épluché" par des contrôles sanitaires stricts ! Température, questionnaire inquisiteur.

A son arrivée à Roissy-Charles-de-Gaulles (Paris), rien ! Direction Montpellier via SNCF. 

Que faut-il en penser ?

Publié le 23/03/2020 ¤ 17:08  - aucun commentaire - |     |
Nouveau  ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen.jpgLa loi du chef  -  par AAIHEDN_VRCGN

La loi du chef : le chef doit assumer

On connait ce plaisant mot sublime : la loi du chef ! Le chef a raison, ... même quand il a tort. Celà s'applique-t-il au chef de l'État ? Nous avons un chef qui exerce son pouvoir sur le chef du Gouvernement, le Premier Ministre qui est le chef des autres ministres ! Celà s'appelle une hiérarchie. Nous exerçons notre droit à la démocratie à travers les élections et nous élisons le chef de l'État, Président de la République et nos députés. Le chef de l'État est le garant des institutions. Nous sommes en régime présidentiel, donc le chef de l'État exerce le pouvoir exécutif. Ce pouvoir est multiple ! Nous l'avons voulu ainsi : les Français ont voté la Constitution de la 5e République, la loi suprême s'applique.

Il fut un temps où régnait dans la loi un article sur l'offense au chef de l'État (loi sur la presse de 1881). Le délit a été supprimé en 2013 (arrêt de la Cour Européenne des Droits de l'Homme).

M. Emmanuel Macron, chef de l'État

M. Emmanuel Macron, le chef de l'État élu le 14 mai 2017, est un haut-fonctionnaire, ancien banquier d'affaires. Sa formation académique est celle d'un littéraire (concours général de français en 1994). Il entre à l'Ecole Nationale d'Administration (Strasbourg, 2002-2044, promotion Léopold Sédar Senghor) et sort classé 5e. En 2004, il intègre le corps de l'Inspection générale des Finances. En 2008, il devient banquier d'affaires. Il manque dans son cursus le service militaire et au minimum, un passage dans l'enseignement militaire supérieur. L'IHEDN lui aurait appris à mieux connaître le monde militaire et surtout, celui de l'armée française (terre, air, mer, cybermonde). Deux auteurs, Juan Branco et François Ruffin ne sont pas très amicaux ! Ils détaillent les puissants réseaux et les intérêts personnels qui portent ce personnage qui leur serait redevable.

Compétences

Les compétences personnelles sont celles d'un financier et nous ne trouvons aucune trace de compétences scientifiques ou médicales bien qu'il ait eu pour père un médecin professeur de neurologie et pour mère un médecin conseil de la Sécurité sociale.  Nous n'avons pas trouvé de traces d'enseignement de l'Écologie ni de la Biologie dans les programmes de l'ENA qui forme les futurs administrateurs de notre pays. Le malheur est que le terme écologie désigne à la fois une science (par des écologues) et aussi une idéologie politique (par des écologistes proches de la gauche). M. Macron n'est ni écologue ni écologiste. Il n'a pas non plus de compétences en biologie, il aurait au moins les bases élémentaires sur les virus et leur épidémiologie.

Politique et politiciens

Ce qui nous arrive est inouï : on a bien vu en Chine un pouvoir politique a commencé à nier l'avis d'un médecin et l'a emprisonné. Notre démocratie a ignoré ce qui se passait en Chine ! Les politiciens français pratiquent-ils la dissimulation ou l'ignorance de ce qui se passe ?

Pourquoi a-t-on pris le risque inouï de tenir quand même les élections municipales ? Les français ont anticipé le confinement, l'abstention a été majeure, inouïe ! Il a fallu l'aveu terrible de Madame Agnés Buzyn, ex-ministre de la santé et médecin. Cet aveu terrible que la ministre avait, il y a trois mois mis en garde son chef, le Premier Ministre, contre ce qui allait nous arriver. « On » lui a appliqué la loi du chef : lequel chef ? Le direct ou celui du sommet ? Nous ne polémiquons pas pour le moment ! L'union nationale, le civisme, l'esprit de sacrifice, le sens de l'intérêt général, ... Ce sont des valeurs qui s'apprennent au sein de nos armées et de nos instituts de formation militaire ! La vérité terrain s'apprend aussi dans nos universités, en biologie et en écologie. Le résultat est là : un collectif de médecins porte plainte, d'autant plus que aujourd'hui 22 mars 2020 on nous annonce le décès d'un médecin urgentiste de 60 ans. Nous nous inclinons devant son dévouement pour ses malades.

Les Français, une fois la pandémie passée dans notre pays, sauront demander des comptes de ce qui s'est dit et fait. Un vrai chef se doit d'assumer ses actions. C'est à cela qu'on reconnait un vrai chef dans nos armées.

Nous sommes indignés, plus que jamais, par les paroles prononcées un jour par la porte-parole du Gouvernement. Cette dame a beaucoup à apprendre en ce qui concerne la pratique de la vérité, elle qui semblait élever le mensonge d'état au rang de vertu en politique. Écœurant ! 

Un Ancien Auditeur de l'Institut des Hautes Etudes de la défense Nationale
Membre de l'ASAF
Ecologue

Bibliographie

  • Branco, Juan (2019) Cépuscule.-  Au Diable Vauvert, Massot Editeur (Vauvert), 312 p.
  • Ruffin, François (2019) Cette France que tu ne connais pas.- Les Arènes (Paris) 216 p.
Publié le 22/03/2020 ¤ 16:58  - 1 commentaire - |     |
Nouveau  ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen.jpgUn mal qui répand la terreur  -  par Peresiffleur

Les animaux malades de la peste

Selon la fable de La Fontaine (édition de Radouant, 1929).

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le ciel en sa fureur
Inventa pour punir les punir des crimes de la terre,
La peste (puisqu'il faut l'appeler pas son nom)
Capable d'enrichir en un jour l'Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés :
On n'en voyait point d'occupés
A chercher le soutien d'une mourante vie
...

Le suite de cette fable savoureuse "Le lion tint conseil ..." est bien édifiante. Notre COVID-19, la peste de 2019-2020 s'est abattue sur nous et nous vivons au jour le jour dans la hantise de la contagion, réfugiés dans nos demeures, confinés ! Qui sera "ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal" ?

Le passage des hommes et femmes futurs politiciens par le moule de l'ENA ne leur apprend pas l'épidémiologie, la biologie et l'écologie ! Ce ne sont pas, à notre connaissance, des matières enseignées à l'ENA. On voit les résultats !

Publié le 19/03/2020 ¤ 17:47  - aucun commentaire - |     |
citoyens34-100x33.jpgDocument promis arrivé !  -  par Webmestre

Le site du Gouvernement (cliquez sur ce lien) nous promet ,pour ce matin 17 mars 2020, le texte d'une auto-attestation destinée aux citoyens.nnes qui doivent sortir par absolue nécessité.

logo_copecr_primature187x94_cadre.jpg

Il est 9h17, pas d'attestation sur le dit site. Les radios annoncent que cette attestation sera disponible à partir de 12h00.

10h45, 17/03/2020 :

l'attestation est disponible, vous pouvez télécharger en cliquant ici.

Il s'agit d'un document PDF dans lequel vous pouvez remplir les cases et les rubriques avec votre ordinateur. Vous pouvez aussi le remplir à la main.

CITOYENS34 vous remercie de votre attention..

Le webmestre

Publié le 17/03/2020 ¤ 09:19  - aucun commentaire - |     |
covid19.pngCorona Virus ou COVID19  -  par Webmestre

26 février 2020

Le Corona Virus (COVID-19) frappe à Montpellier depuis le 26 février. Apparu en Chine début décembre 2019 (Wu Han), il a franchi l'espace à bord d'avions transportant des malades porteurs. Il est arrivé en Lombardie, à Milan plus exactement. Il y a maintenant trois malades hospitalisés au CHRU de Montpellier.

15 mars 2020

Le virus a fait du chemin. Il y a quatre jours, explosion dans la commune du Crès. Du coup, 17 communes confinées à l'est de Montpellier ! On est passé d'une certaine décontraction à une situation de presque panique !

Publié le 29/02/2020 ¤ 19:33  - 1 commentaire - |     |
ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen.jpgTrois livres complémentaires  -  par AAIHEDN34

On nous a signalé la parution de deux livres publiés par deux universitaires, nous avons lu le premier, le second est en cours. Nous les commenterons lors de la prochaine réunion du Comité de défense à Castelnau-le-Lez.

L'enquête sérieuses, la connaissance profonde de ces deux universitaires doit nous interpeller. Le jihadisme est bien implanté dans notre pays, dans les quartiers et les prisons avec des allers-et-retours dans les territoires de l'EI (DAECH ou DAWLA) en Syrie et en Irak.

1 - Edouard Vuiart - Après DAECH : la guerre idéologique continue (2017)

Cet ouvrage de 166 pages écrit par un universitaire analyse en détail ce qui va se passer maintenant de DAECH ou l'Organisation de l'Etat islamique appartient au passé. Ce califat éphèmère va inéluctablement briser l'unité de l'organisation. La fin de DAECH comme proto-état ne signifie pas réellement la fin du phénomène jihadiste. C'est  la mort d'un état fantoche, pas d'un ennemi qui déclare qu'il ne sera jamais vaincu.

Comment la menace va-t-elle évoluer dans un avenir proche ? Quelles sont les pistes politiques et théologiques à envisager pour y faire face ? Nos gouvernants n'ont pas pris les mesures nécessaires, les deux ouvrages qui suivent, 3 ans après le montrent.

2- Hugo Micheron.- Le jihadisme français : quartiers, Syrie, prisons (déc. 2019)

Ce livre est une thèse soutenue devant une autorité universitaire française (Sciences Po puis ENS), préfacé par Gilles Kepel. C'est un travail de chercheur, non de politicien, un travail académique sérieux, dénué de tout parti-prix idéologique. Comment expliquer l'attrait du jihad syro-irakien sur une partie de la population française ? Le diagnostic général permet de comprendre une dynamique restée inaccessible à certains de nos hommes politiques et d'une grande majorité des éditorialistes des médias écrits, radiodiffusés ou télévisés. Qui a encore en tête le « cafouillage au plus haut niveau du ministère de l'Intérieur avant que le Parquet national antiterroriste (PNAT) se soit saisi de l'affaire [Mickaël Harpon] » ? Cette affaire qui a éclaté comme un coup de tonnerre dans le ciel serein d'un service de renseignements, au sein de la Préfecture de Police de Paris. Quatre fonctionnaires furent assassinés par un agent administratif, un employé à la maintenance informatique de la Direction du renseignement. Ayant exercé pendant plus de 15 ans le travail de gestionnaire de haut niveau d'un ensemble ministèriel de serveurs, je peux attester que cet individu avait accès à des informations qui auraient dû être hautement protégées : il avait les identifiants et les mots de passe lui permettant de lire tout ! Un tel poste n'aurait dû être confié (ou surveillé) qu'à un fonctionnaire de haut-niveau et non à une personne fréquentant une mosquée dont l'imam était inscrit sur une « fiche S ». Celà s'appelle « mettre un loup dans la bergerie » ou « faire l'autruche la tête dans le sable ». Le journaliste qui a révélé l'affaire a manqué d'être sanctionné par sa hiérarchie. Le terroriste était « habilité secret défense » !!! Une loi sera votée pour radier les fonctionnaires dits « radicalisés ». Le problème est qu'en l'absence de compréhension des « signaux dits faibles » et de ce que sont les jihadistes qui nous ont déclaré la guerre, il est difficile de détecter ces combattants d'un nouveau type. La lutte est asymétrique car nous les connaissons mal, eux nous connaissent bien, dans les quartiers, les prisons et sur les théâtres extérieurs d'opération (OPEX) comme intérieurs (OPINT).

Cinq années d'investigations de l'auteur, avec l'aide d'étudiants arabophones, nous apportent une autopsie, une dissection de ce corps hautement nuisible dressé contre nos valeurs républicaines qu'ils abhorrent et haïssent ! Comme le souligne Gilles Kepel, c'est une « reconstruction historique et géographique à la précision jamais atteinte ».

 Nous avons particulièrement retenu la conclusion de cet ouvrage qui résume bien le contenu de l'ouvrage. Les politiciens qui gouvernent notre pays, les médias, ... sont pointés du doigt pour leur grande ignorance de ce qu'est le jihadisme, idéologie politique qui se cache derrière une religion, l'islam. Ce mouvement vient en droite ligne de l'interprétation (erronnée ?) de livres réputés saints (Coran et Hadiths) et des écoles de pensée qui se sont succédées; J'ai nommé le hanbalisme, le wahhabisme et récemment (une centaine d'années) les Frères Musulmans (ikhwan). Les « machines de prédication jihadistes » ont profité de l'implantation des tablighs  (tablighi) et des salafistes (salafi) dans les territoires pour recruter, faire des « braquages de cerveaux » sur des jeunes au nom de la pureté islamiste !

L'espoir, comme l'ont souligné certains éditorialistes avertis vient de ce que nous comprenons maintenant la logique à l'oeuvre dans « la suite des drames qui ont marqué l'histoire récente de la France » mais aussi de nos voisins (Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Grande-Bretagne, Espagne, etc.) et plus loin en Afrique, en Amérique et en Extrême-Orient. L'espoir est de vaincre cette idéologie subversive qui avance masquée sous le couvert (taquiya) d'une religion qui se veut de paix et de miséricorde pour la majorité des musulmans.

3 - Bernard Rougier (sous la direction de).- Les territoires conquis de l'Islamisme (jan. 2020)

Ce livre est annoncé dans celui de Hugo Micheron. C'est un ouvrage collectif écrit par des universitaires et des étudiants arabophones (anonymisés). Nous dirons qu'il s'agit plutôt des « Territoires perdus de la République » mais le titre a déjà été pris il y a une dizaine d'années par un rapport resté sans suite. Ici se raconte l'histoire d'une prise de contrôle malveillante pour nos institutions par des groupes se réclamant d'une idéologie basée sur l'Islam, l'islamisme. Cette entreprise de subversion avance sous couvert de la religion des musulmans, dispose d'une arme idéologique, l'islamophobie qui prétend que la laïcité républicaine est une oppression, une entrave à la liberté religieuse et de conscience, afin de subvertir -lentement mais sûrement - nos territoires nationaux et ceux des pays du nord de la Méditerranée. Ilq vont même prétendre être victimes de « racisme anti-musulman ». Quel cynisme ! Il n'y a pas de race musulmane, il y a des musulmans de toutes couleurs et races, même des français convertis !

Cet ouvrage, annoncé par Hugo Micheron, vient donner un angle d'approche différent par des universitaires qui se défendent de tout parti-pris politique : « L'accusation d'islamophobie répond à une volonté d'intimider ceux qui, de plus en plus rares, s'efforcent de rattraper le temps perdu en reconstruisant un savoir objectif sur ce qui se passe réellement dans les quartiers des grandes ville depuis une vingtaine d'années. ». Il s'agit de vaincre l'épistémiologie postmoderne qui prétende invalider le savoir universitaire.

La structure de l'ouvrage qui réunit différentes contributions ne permet pas d'y inclure une conclusion générale. Cet ouvrage complète celui de Hugo Micheron et peut se prévaloir de sa conclusion. Ils forment pour nos décideurs un ensemble de référence. C'est là une véritable encyclopédie de l'idéologie islamique ou l'Islamisme. Le livre révéle le rôle des hadiths dans les mouvements islamistes (ikwani, salafi, tablighi, jihadi).

4 - Nous ne pourrons plus dire nous ne savions pas

Longtemps, les savoirs sur le sujet du jihadisme (et non du djihadisme) ont été cachés. Il ne fallait pas donner aux partis d'extrême droite des arguments ! La politique de l'autruche ne met pas l'autruche à l'abri des prédateurs qui se régalent de sa bêtise. Casser le thermomètre ne met pas à l'abri de la fièvre. « Mal nommer les choses ajoute à la misère du monde » disait Albert Camus. Railler les écrivains qui annoncent l'implication des jihadistes nouvelle vague dans la sphère politique ne sert à rien. L'exemple de Bagnolet devrait nous alerter sérieusement. A bon entendeur, salut.

Un Ancien-Auditeur IHEDN
Membre de l'association de soutien à l'armée française (ASAF)

heartlogo-ASAF-2014_124x124.jpgheart

Publié le 27/01/2020 ¤ 06:31  - aucun commentaire - |     |