En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
Texte à méditer :   Résister doit être écrit au présent   Lucie Aubrac
Texte à méditer :   Amour sacré de la Patrie, conduis soutiens nos bras vengeurs ....   Rouget de l'Isle
Texte à méditer :   L'optimisme est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succès   Sir Baden-Powell
Texte à méditer :   La grande tâche de l'homme est de ne pas servir le mensonge.   Albert Camus
Texte à méditer :   Il y a un communautarisme islamique qui n'a pas sa place sur la terre de France.   François Fillon
Texte à méditer :   Il faut écouter beaucoup et parler peu pour bien agir au gouvernement d'un État.   Cardinal de Richelieu
Texte à méditer :   L'optimisme va bien à qui en a les moyens.   Charles de Gaulle
Texte à méditer :   On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l'ont engendré   Albert Einstein
Texte à méditer :     Comité laïcité-république
Texte à méditer :   La force de la cité ne réside ni dans ses remparts, ni dans ses vaisseaux, mais dans le caractère de ses citoyens   Thucydide
Texte à méditer :   Plumez un poulet plume par plume, personne ne le remarquera.   Madeleine Allbright
Texte à méditer :   La démocratie participative : les citoyens sont les meilleurs experts que questions qui les concernent.   Mme Ségolène ROYAL
Texte à méditer :   Le citoyen défend la cité lorsque celle-ci est menacée.   Colonel (er) Michel GOYA
Texte à méditer :   Les deuils imposent des devoirs, ils commandent l'effort en commun   Ernest Renan (cité par F. Fillon)
Texte à méditer :   La France que nous aimons est, aujourdh'ui, menacée.   François Fillon
Texte à méditer :   L'effort est le vivier de l'homme qui tente de se relever   Sergent Vincent Dorival
Texte à méditer :   L'expérience est une bougie qui n'éclaire que celui qui la porte   Confucius
Texte à méditer :   Ce n'est pas le virus qui se promène, ce sont les gens qui le portent   Le bon sens
Texte à méditer :   Le masque sur le visage est un geste barrière important.   Le bon sens
Texte à méditer :   Demain, « dans la pleine lumière des lendemains, il est facile de voir où nous avons été ignorants ou » ... « négligents ou maladroits.»   d"après W. Churchill
Texte à méditer :   Les fonctionnaires sont comme les livres d'une bibliothèque: ce sont les plus haut placés qui servent le moins.   G. Clémenceau
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Santé publique
 
 
 
 

Blog - Santé publique


Les tests sérologiques : y voir clair ?  -  par   webmaster

Ce site n'est pas un site de prescription médicale. Il n'a d'autre objectif que d'informer les citoyens contribuables français. En aucun cas, il ne peut servir à un diagnostic médical.


Comment s'y retrouver au milieu des tests ?  Elisa, TDR, TROD, autotest, ... ? Nous réagissons à l'actualité et à une interview de la Présidente de la Haute-Autorité de Santé sur une radio périphérique (3/05/2020, RMC Bourdin Direct).. Nous avons retenu de cette audition le fait que le représentant de la Haute-Autorité de Santé s'exprimait avec gène et renvoyait sans cesse l'intervenant aux décisions du Ministère de la Santé.

HAS

Logo de la Haute-Autorité de Santé et fiche Wikipédia

Le site Wikipedia publie une fiche d'information sur la HAS.

Notre propos est d'éclairer l'internaute qui nous rend visite sur les différents test disponibles en France. La question de leur homologation est du ressort exclusif du Ministère de la Santé.

1 - Test PCR

Ce site a publié une mise au point sur les cinq points du déconfinement. Nous renvoyons vers les sites d'information tels que Wikipedia. Rappelons que ce test est destiné à déceler une infection présente.

2 - Tests Sérologiques ou sanguins

Les tests sérologiques ou sanguins sont multiples, comme l'indique le magazine Sciences et Avenir (version papier n° 879, mars 2020, pp. 8 à 13). Sur le web, ce magazine fait une mise au point sur « la jungle » des tests en cours d'évaluation par la Haute-Autorité de Santé. Vous pouvez aussi consulter le site Le Vidal. Nous donnons aussi la parole au site DOCTISSIMO.

2.1 - Test ELISA

L'acronyme ELISA (en anglais "enzyme-linked immunosorbent assay" ou "dosage d'immunoabsorption par enzyme liée".) désigne un test réalisé en laboratoire par une prise de sang classique. 

La HAS recommande le test ELISA sur prescription médicale :

  • en vue de confirmer un diagnostic de CoViD-19,
  • pour conduire des études épidémiologiques,
  • pour tester les personnels, même asymptomatiques, dans des institutions médico-sociales ou travaillant dans des milieux confinés (Ehpad, internats, navires, ...).

Il semblerait que ce test soit actuellement en commande. Ce test est produite par AMS Alliance. Ces tests sont automatisables.

2.2 - Test TDR

Les tests de diagnostic rapide (TDR) fonctionnent avec une simple goutte de sang. Il suffit de prélever une goutte de sang au bout du doigt, qui est insèrée dans un dispositif semblable à un test de grossesse (plaquette).

Le résultat est disponible rapidement.

La HAS (d'après Sciences et Avenir) « préconise d'y recourir auprès des mêmes populations que les tests automatisables : en diagnostic de rattrapage de patients symptomatiques, en cas de test virologique négatif mais de symptômes évocateurs de COVID-19, et auprès des personnels soignants ou d'établissements d'hébergement collectif qui ont été en contact avec le virus et pour les enquêtes épidémiologiques.».

2.3 - Test TROD

Les tests rapides d'orientation diagnostique (TROD) sont semblables aux tests de dépistage rapide (TDR) décrits ci-dessus. Ces tests dits "rapides", plus légers, ne servent que d'indicateur et ne peuvent pas se substituer à un véritable test sérologique (ELISA ?) pour établir un diagnostic de CoViD-19. Ce sont des test d'orientation.

La HAS (d'après Sciences et Avenir) « recommande de les utiliser dans un champ plus restreint que les TDR, comme indicateurs accessibles à un grand nombre, hors hopitaux et ne peuvent suffire à établir un diagnostic».

2.4 - Les auto-tests

Les auto-tests sont disponibles en pharmacie. Cela reste à vérifier. Le but est de déterminer l'existence d'anticorps protecteurs d'une nouvelle infection.

La HAS alerte sur leur fiabilité qui n'est pas prouvée. « Il est "prématuré" de les recommander car trop peu de données scientifiques attestent de leur bon fonctionnement. En outre, les résultats s'avèrent compliqués à interpréter sans l'aide d'un professionnel de santé.».

3 - En conclusions

La HAS « estime qu’ils sont un “outil précieux” de surveillance épidémiologique.». Que n'ont-ils pas été disponibles dès le début de la pandémie, dès qu'on a su son développement en Chine.

Nous sommes en situation d'urgence, face à un virus dont nous ne connaissons pas entièrement le comportement. Le principe de sagesse voudrait que tout ce qui permet de détecter la maladie, en vue d'ériger une barrière à sa propagation, ne soit pas négligé. Il existe d'excellent praticiens dans les hôpitaux, les cliniques et les cabinets de médecine de ville. Tous doivent pouvoir apporter une aide dans ce sens, rassurer un patient sur son état, l'orienter vers des soins appropriés si nécessaire et, surtout, protéger le soignant en lui permettant de savoir à qui il a affaire.

Dans d'autres circonstances, face à d'autres maladies, nous avons toujours dit qu'il n'y a pas de remède miracle mais un ensemble de traitements dont le dépistage et le diagnostic doivent faire appel à un ensemble de moyens coopérant dans les même sens : casser une chaine de contamination en analysant les circuits possibles.

Tests PCR et tests sanguins sont complémentaires. Il doivent permettre d'appliquer en connaissance de cause les traitements appropriés. La HAS craint cependant un mésusage (un mauvais usage). Pourquoi ?

La grande crainte est de ne pas disposer de tests en quantité suffisante. C'est devenu un outil stratégique et il ne faut pas dépendre d'un fournisseur étranger. Est-ce possible ?


Ce site n'est pas un site de prescription médicale. Il n'a d'autre objectif que d'informer les citoyens contribuables français. En aucun cas, il ne peut servir à un diagnostic médical.


Comment s'y retrouver au milieu des tests ?  Elisa, TDR, TROD, autotest, ... ? Nous réagissons à l'actualité et à une interview de la Présidente de la Haute-Autorité de Santé sur une radio périphérique (3/05/2020, RMC Bourdin Direct).. Nous avons retenu de cette audition le fait que le représentant de la Haute-Autorité de Santé s'exprimait avec gène et renvoyait sans cesse l'intervenant aux décisions du Ministère de la Santé.

HAS

Logo de la Haute-Autorité de Santé et fiche Wikipédia

Le site Wikipedia publie une fiche d'information sur la HAS.

Notre propos est d'éclairer l'internaute qui nous rend visite sur les différents test disponibles en France. La question de leur homologation est du ressort exclusif du Ministère de la Santé.

1 - Test PCR

Ce site a publié une mise au point sur les cinq points du déconfinement. Nous renvoyons vers les sites d'information tels que Wikipedia. Rappelons que ce test est destiné à déceler une infection présente.

2 - Tests Sérologiques ou sanguins

Les tests sérologiques ou sanguins sont multiples, comme l'indique le magazine Sciences et Avenir (version papier n° 879, mars 2020, pp. 8 à 13). Sur le web, ce magazine fait une mise au point sur « la jungle » des tests en cours d'évaluation par la Haute-Autorité de Santé. Vous pouvez aussi consulter le site Le Vidal. Nous donnons aussi la parole au site DOCTISSIMO.

2.1 - Test ELISA

L'acronyme ELISA (en anglais "enzyme-linked immunosorbent assay" ou "dosage d'immunoabsorption par enzyme liée".) désigne un test réalisé en laboratoire par une prise de sang classique. 

La HAS recommande le test ELISA sur prescription médicale :

  • en vue de confirmer un diagnostic de CoViD-19,
  • pour conduire des études épidémiologiques,
  • pour tester les personnels, même asymptomatiques, dans des institutions médico-sociales ou travaillant dans des milieux confinés (Ehpad, internats, navires, ...).

Il semblerait que ce test soit actuellement en commande. Ce test est produite par AMS Alliance. Ces tests sont automatisables.

2.2 - Test TDR

Les tests de diagnostic rapide (TDR) fonctionnent avec une simple goutte de sang. Il suffit de prélever une goutte de sang au bout du doigt, qui est insèrée dans un dispositif semblable à un test de grossesse (plaquette).

Le résultat est disponible rapidement.

La HAS (d'après Sciences et Avenir) « préconise d'y recourir auprès des mêmes populations que les tests automatisables : en diagnostic de rattrapage de patients symptomatiques, en cas de test virologique négatif mais de symptômes évocateurs de COVID-19, et auprès des personnels soignants ou d'établissements d'hébergement collectif qui ont été en contact avec le virus et pour les enquêtes épidémiologiques.».

2.3 - Test TROD

Les tests rapides d'orientation diagnostique (TROD) sont semblables aux tests de dépistage rapide (TDR) décrits ci-dessus. Ces tests dits "rapides", plus légers, ne servent que d'indicateur et ne peuvent pas se substituer à un véritable test sérologique (ELISA ?) pour établir un diagnostic de CoViD-19. Ce sont des test d'orientation.

La HAS (d'après Sciences et Avenir) « recommande de les utiliser dans un champ plus restreint que les TDR, comme indicateurs accessibles à un grand nombre, hors hopitaux et ne peuvent suffire à établir un diagnostic».

2.4 - Les auto-tests

Les auto-tests sont disponibles en pharmacie. Cela reste à vérifier. Le but est de déterminer l'existence d'anticorps protecteurs d'une nouvelle infection.

La HAS alerte sur leur fiabilité qui n'est pas prouvée. « Il est "prématuré" de les recommander car trop peu de données scientifiques attestent de leur bon fonctionnement. En outre, les résultats s'avèrent compliqués à interpréter sans l'aide d'un professionnel de santé.».

3 - En conclusions

La HAS « estime qu’ils sont un “outil précieux” de surveillance épidémiologique.». Que n'ont-ils pas été disponibles dès le début de la pandémie, dès qu'on a su son développement en Chine.

Nous sommes en situation d'urgence, face à un virus dont nous ne connaissons pas entièrement le comportement. Le principe de sagesse voudrait que tout ce qui permet de détecter la maladie, en vue d'ériger une barrière à sa propagation, ne soit pas négligé. Il existe d'excellent praticiens dans les hôpitaux, les cliniques et les cabinets de médecine de ville. Tous doivent pouvoir apporter une aide dans ce sens, rassurer un patient sur son état, l'orienter vers des soins appropriés si nécessaire et, surtout, protéger le soignant en lui permettant de savoir à qui il a affaire.

Dans d'autres circonstances, face à d'autres maladies, nous avons toujours dit qu'il n'y a pas de remède miracle mais un ensemble de traitements dont le dépistage et le diagnostic doivent faire appel à un ensemble de moyens coopérant dans les même sens : casser une chaine de contamination en analysant les circuits possibles.

Tests PCR et tests sanguins sont complémentaires. Il doivent permettre d'appliquer en connaissance de cause les traitements appropriés. La HAS craint cependant un mésusage (un mauvais usage). Pourquoi ?

La grande crainte est de ne pas disposer de tests en quantité suffisante. C'est devenu un outil stratégique et il ne faut pas dépendre d'un fournisseur étranger. Est-ce possible ?

Fermer

citoyen34
Publié le 21/05/2020 ¤ 09:49   | |    |


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !