En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
Texte à méditer :   Résister doit être écrit au présent   Lucie Aubrac
Texte à méditer :   Amour sacré de la Patrie, conduis soutiens nos bras vengeurs ....   Rouget de l'Isle
Texte à méditer :   L'optimisme est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succès   Sir Baden-Powell
Texte à méditer :   La grande tâche de l'homme est de ne pas servir le mensonge.   Albert Camus
Texte à méditer :   Il y a un communautarisme islamique qui n'a pas sa place sur la terre de France.   François Fillon
Texte à méditer :   Il faut écouter beaucoup et parler peu pour bien agir au gouvernement d'un État.   Cardinal de Richelieu
Texte à méditer :   L'optimisme va bien à qui en a les moyens.   Charles de Gaulle
Texte à méditer :   On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l'ont engendré   Albert Einstein
Texte à méditer :     Comité laïcité-république
Texte à méditer :   La force de la cité ne réside ni dans ses remparts, ni dans ses vaisseaux, mais dans le caractère de ses citoyens   Thucydide
Texte à méditer :   Plumez un poulet plume par plume, personne ne le remarquera.   Madeleine Allbright
Texte à méditer :   La démocratie participative : les citoyens sont les meilleurs experts que questions qui les concernent.   Mme Ségolène ROYAL
Texte à méditer :   Le citoyen défend la cité lorsque celle-ci est menacée.   Colonel (er) Michel GOYA
Texte à méditer :   Les deuils imposent des devoirs, ils commandent l'effort en commun   Ernest Renan (cité par F. Fillon)
Texte à méditer :   La France que nous aimons est, aujourdh'ui, menacée.   François Fillon
Texte à méditer :   L'effort est le vivier de l'homme qui tente de se relever   Sergent Vincent Dorival
Texte à méditer :   L'expérience est une bougie qui n'éclaire que celui qui la porte   Confucius
Texte à méditer :   Ce n'est pas le virus qui se promène, ce sont les gens qui le portent   Le bon sens
Texte à méditer :   Le masque sur le visage est un geste barrière important.   Le bon sens
Texte à méditer :   Demain, « dans la pleine lumière des lendemains, il est facile de voir où nous avons été ignorants ou » ... « négligents ou maladroits.»   d"après W. Churchill
Texte à méditer :   Les fonctionnaires sont comme les livres d'une bibliothèque: ce sont les plus haut placés qui servent le moins.   G. Clémenceau
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Citoyenneté
 
 
 
 

Blog - Citoyenneté


N'en déplaise à Monsieur le Président  -  par   Abraracourcix

N'en déplaise à Monsieur le Président de la République s'exprimant à propos des célébrations du 11 novembre 2018, l'Armée française de 1914-1918 était bien l'armée de la nation, « l'armée de masse de la nation ». Cette affirmation figure en fiche 30 de l'ouvrage collectif « 99 questions sur ... la défense » (sous la direction de Paul-Henri GARCIA, SCEREN, CRDP Languedoc-Roussillon, 2004, 231 p.). Les déclarations de notre Président auraient pu laisser croire qu'en 1914 nos armées étaient composées de citoyens armés sans aucune formation, commandés par des officiers sanguinaires ! Les choses ne sont pas si simples, il y a eu des excès, des mutineries et leur répression (il y en eut des deux côtés).

Selon Paul-Henri GARCIA et alii. (2004, fiche 81), « En 1911, devant la menace allemande, la durée du service est étendue à 3 ans, permettant de disposer de recrues très instruites quand le conflit éclate. ». Selon un ouvrage de Pierre MIQUEL (Les pantalons rouges : la tranchée, SELECTION - Sélection biblio) d'après Arthème-Fayard, 2002), nous assistons à la déclaration de guerre dans un village du Bourbonnais (région de Montluçon) où un fermier avait fait son service dans l'artillerie à cheval (7 ans) et en était sorti sous-officier (maréchal chef des logis) avant de retourner à sa ferme. Un des fils a devancé l'appel, dans l'artillerie (ne voulant pas passer le bachot). Le 2 août 1914, le tocsin appelle à la mobilisation. « Tous [sont] résolus à faire leur devoir et à partir. » ! La réquisition des animaux (chevaux de trait en particulier, boeufs, ) commence. Tous les hommes de 20à 48 ans vont partir. Il y a parmi eux des gradés, les hommes commencent à être équipés (sac à dos, cartouchière, pelle, scie articulée, Lebel bien graissé, gourde d'étain, baïonette, etc.). Y compris une plaque d'identité à chaînette. Ce scénario, avec l'embarquement dans les trains se renouvellera partout en France. Ce sont en majorité de solides réservistes (ici un caporal venu de sa ferme), paysans-soldats qui vont rejoindre dans les casernes les conscrits des classes en cours d'instruction ou déjà instruits ! Le départ pour le front est proche, le 7 août au matin, sous des jets de fleurs. Les kilomètres à pied succèderont aux trajets en train, en bataillons ordonnés et encadrés. On est loin de civils mobilisés et armés à la hâte. Les Montluçonnais seront engagés à Thaon-les-Vosges (région du Donon, Vosges) avec l'appui du « Saint Soixante-Quinze » (artillerie divisionnaire)... Je ne vais pas ici raconter la guerre de 1914-18.eek La suite durera 4 ans.mad

Relisez bien notre histoire, Monsieur le Président Emmanuel MACRON ! L'armée française de 1914-18 était une véritable armée républicaine et citoyenne face aux allemands (bavaro-austro-prussiens) sanguinaires (prises d'otages, occupation musclée, fusillades de civils, etc.), ceux qui ont évacué en 1918, après l'armistice, les départements occupés, en ravageant méthodiquement, scientifiquement ce que la mitraille n'avait pas écrasé ! Une préfiguration de la guerre de 1939-45 et de son occupation, car l'armistice n'est pas la paix ! La bataille de Verdun fut un exemple de résistance de nos soldats qui ont refusé qu'un seul pouce de territoire national ne soit cédé !

Abraracourcix
AA-IHEDN 1985

Bibliographie (pour aller plus loin)

« 99 questions … sur la Défense ».- Paul-Henri GARCIA el alii. (Ouvrage collectif sous la direction de), SCEREN – CRDP Languedoc-Roussillon (Montpellier), 232 p., 1 annexe.

N'en déplaise à Monsieur le Président de la République s'exprimant à propos des célébrations du 11 novembre 2018, l'Armée française de 1914-1918 était bien l'armée de la nation, « l'armée de masse de la nation ». Cette affirmation figure en fiche 30 de l'ouvrage collectif « 99 questions sur ... la défense » (sous la direction de Paul-Henri GARCIA, SCEREN, CRDP Languedoc-Roussillon, 2004, 231 p.). Les déclarations de notre Président auraient pu laisser croire qu'en 1914 nos armées étaient composées de citoyens armés sans aucune formation, commandés par des officiers sanguinaires ! Les choses ne sont pas si simples, il y a eu des excès, des mutineries et leur répression (il y en eut des deux côtés).

Selon Paul-Henri GARCIA et alii. (2004, fiche 81), « En 1911, devant la menace allemande, la durée du service est étendue à 3 ans, permettant de disposer de recrues très instruites quand le conflit éclate. ». Selon un ouvrage de Pierre MIQUEL (Les pantalons rouges : la tranchée, SELECTION - Sélection biblio) d'après Arthème-Fayard, 2002), nous assistons à la déclaration de guerre dans un village du Bourbonnais (région de Montluçon) où un fermier avait fait son service dans l'artillerie à cheval (7 ans) et en était sorti sous-officier (maréchal chef des logis) avant de retourner à sa ferme. Un des fils a devancé l'appel, dans l'artillerie (ne voulant pas passer le bachot). Le 2 août 1914, le tocsin appelle à la mobilisation. « Tous [sont] résolus à faire leur devoir et à partir. » ! La réquisition des animaux (chevaux de trait en particulier, boeufs, ) commence. Tous les hommes de 20à 48 ans vont partir. Il y a parmi eux des gradés, les hommes commencent à être équipés (sac à dos, cartouchière, pelle, scie articulée, Lebel bien graissé, gourde d'étain, baïonette, etc.). Y compris une plaque d'identité à chaînette. Ce scénario, avec l'embarquement dans les trains se renouvellera partout en France. Ce sont en majorité de solides réservistes (ici un caporal venu de sa ferme), paysans-soldats qui vont rejoindre dans les casernes les conscrits des classes en cours d'instruction ou déjà instruits ! Le départ pour le front est proche, le 7 août au matin, sous des jets de fleurs. Les kilomètres à pied succèderont aux trajets en train, en bataillons ordonnés et encadrés. On est loin de civils mobilisés et armés à la hâte. Les Montluçonnais seront engagés à Thaon-les-Vosges (région du Donon, Vosges) avec l'appui du « Saint Soixante-Quinze » (artillerie divisionnaire)... Je ne vais pas ici raconter la guerre de 1914-18.eek La suite durera 4 ans.mad

Relisez bien notre histoire, Monsieur le Président Emmanuel MACRON ! L'armée française de 1914-18 était une véritable armée républicaine et citoyenne face aux allemands (bavaro-austro-prussiens) sanguinaires (prises d'otages, occupation musclée, fusillades de civils, etc.), ceux qui ont évacué en 1918, après l'armistice, les départements occupés, en ravageant méthodiquement, scientifiquement ce que la mitraille n'avait pas écrasé ! Une préfiguration de la guerre de 1939-45 et de son occupation, car l'armistice n'est pas la paix ! La bataille de Verdun fut un exemple de résistance de nos soldats qui ont refusé qu'un seul pouce de territoire national ne soit cédé !

Abraracourcix
AA-IHEDN 1985

Bibliographie (pour aller plus loin)

« 99 questions … sur la Défense ».- Paul-Henri GARCIA el alii. (Ouvrage collectif sous la direction de), SCEREN – CRDP Languedoc-Roussillon (Montpellier), 232 p., 1 annexe.

Fermer

citoyen34
Publié le 23/12/2018 ¤ 07:23   | |    |


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !