En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
Texte à méditer :   Résister doit être écrit au présent   Lucie Aubrac
Texte à méditer :   Amour sacré de la Patrie, conduis soutiens nos bras vengeurs ....   Rouget de l'Isle
Texte à méditer :   L'optimisme est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succès   Sir Baden-Powell
Texte à méditer :   La grande tâche de l'homme est de ne pas servir le mensonge.   Albert Camus
Texte à méditer :   Il y a un communautarisme islamique qui n'a pas sa place sur la terre de France.   François Fillon
Texte à méditer :   Il faut écouter beaucoup et parler peu pour bien agir au gouvernement d'un État.   Cardinal de Richelieu
Texte à méditer :   L'optimisme va bien à qui en a les moyens.   Charles de Gaulle
Texte à méditer :   On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l'ont engendré   Albert Einstein
Texte à méditer :     Comité laïcité-république
Texte à méditer :   La force de la cité ne réside ni dans ses remparts, ni dans ses vaisseaux, mais dans le caractère de ses citoyens   Thucydide
Texte à méditer :   Plumez un poulet plume par plume, personne ne le remarquera.   Madeleine Allbright
Texte à méditer :   La démocratie participative : les citoyens sont les meilleurs experts que questions qui les concernent.   Mme Ségolène ROYAL
Texte à méditer :   Le citoyen défend la cité lorsque celle-ci est menacée.   Colonel (er) Michel GOYA
Texte à méditer :   Les deuils imposent des devoirs, ils commandent l'effort en commun   Ernest Renan (cité par F. Fillon)
Texte à méditer :   La France que nous aimons est, aujourdh'ui, menacée.   François Fillon
Texte à méditer :   L'effort est le vivier de l'homme qui tente de se relever   Sergent Vincent Dorival
Texte à méditer :   L'expérience est une bougie qui n'éclaire que celui qui la porte   Confucius
Texte à méditer :   Ce n'est pas le virus qui se promène, ce sont les gens qui le portent   Le bon sens
Texte à méditer :   Le masque sur le visage est un geste barrière important.   Le bon sens
Texte à méditer :   Demain, « dans la pleine lumière des lendemains, il est facile de voir où nous avons été ignorants ou » ... « négligents ou maladroits.»   d"après W. Churchill
Texte à méditer :   Les fonctionnaires sont comme les livres d'une bibliothèque: ce sont les plus haut placés qui servent le moins.   G. Clémenceau
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Fiscalité
 
 
 
 

Blog - Fiscalité


Un vieux bouquin de De Closets François  -  par   Furax

« Tant et plus : comment se gaspille notre argent » : c'est le titre d'un vieil ouvrage écrit par Monsieur François de Closets (Ed. Grasset, 1992). Cet auteur a à son actif plus d'un écrit qui, depuis 1969, voue aux gémonies les politiciens de notre pays, dénonçant « La France et ses mensonges » (1977). Feu mon beau-père en avait une bonne collection et ne se privait pas pour me les citer : j'ai été à bonne école.  Il me les a légués. Honneur à sa mémoire, celle d'un jeune héraultais né en 1910, parti au service militaire comme 2e classe et qui quitta l'armée capitaine, officier de la Légion d'Honneur (1951).

Dans "Tant et plus", ce livre parle de l'impôt et dénonce, déjà en 1977, la France comme n'étant pas un paradis fiscal. Je ne suis pas un contribuable récalcitrant, l'impôt est pour moi "un honorable devoir" (comme le disait la Constitution de 1793) mais je n'aime pas que cet argent soit dilapidé. Si je participe avec mon épouse au financement du "bien commun", je suis pour la démocratie participative. Avec De Closets, je cite les dépensocrates « Monarque élyséen ou roitelet de village, ministres de l'Etat ou princes de région, technocrates, généraux, directeurs, vous tous qui dépensez l'argent public, je vous salue » ! Salut également « aux industriels assistés, philanthropes subventionnés, artistes pensionnés, organismes budgétivores, corporations, associations et lobbies qui recevez l'argent public ». De Closets précise « il n'y a pas d'imposition qui vaille sans contrôle de la dépense publique ». Je ne vais pas vous citer tout le livre, essayez d'en trouver un exemplaire du côté de nos libraires ou des bouquinistes.

Depuis longtemps, les budgétaires du Ministère des Phynances engrangent nos impôts relayés localement par les Percepteurs pour les impôts locaux ponctionnent. Tout est bo, pour faire rentrer de l'argent. mais quand il s'agit de contrôler les dépenses inutiles, il n'y a plus personne. La Cour des Comptes : cause toujours, tu m'intéresse. Cette dépense inutile (grande dépense inutile) s'est accentuée depuis que la loi NOTRE a donné aux collectivités territoriales et locales le pouvoir de dépenser sans contrôle préalable, seulement un contrôle à posteriori rarement suivi de sanctions. A Montpellier la surdouée, nous avons eu un maître en la matière dont les élèves ont voulu surpasser le maître. « Je dépense, donc je suis ».

Je ne veux pas jeter de l'huile sur le feu, les casseurs qui ont dévasté les cortèges de manifestants pacifiques s'en sont chargés. Ne cassons rien car c'est nous qui allons payer la note ! Manifestons en silence contre la gabegie des fonds publics et les alibis écologiques du pouvoir qui ont dévoyé la collecte de taxes "écologiques" vers le budget général. Puisqu'il faut rouler à 80 km/h sur nos routes de campagne, nos voitures consomment moins de carburant. Tant pis pour les fous du volant. Tant qu'ils emboutissent un talus ou un fossé, c'est leur problème et on en voit. Conduire sagement sur la route comme sans nos villes et manifester pacifiquement, c'est mon mot d'ordre.

« Tant et plus : comment se gaspille notre argent » : c'est le titre d'un vieil ouvrage écrit par Monsieur François de Closets (Ed. Grasset, 1992). Cet auteur a à son actif plus d'un écrit qui, depuis 1969, voue aux gémonies les politiciens de notre pays, dénonçant « La France et ses mensonges » (1977). Feu mon beau-père en avait une bonne collection et ne se privait pas pour me les citer : j'ai été à bonne école.  Il me les a légués. Honneur à sa mémoire, celle d'un jeune héraultais né en 1910, parti au service militaire comme 2e classe et qui quitta l'armée capitaine, officier de la Légion d'Honneur (1951).

Dans "Tant et plus", ce livre parle de l'impôt et dénonce, déjà en 1977, la France comme n'étant pas un paradis fiscal. Je ne suis pas un contribuable récalcitrant, l'impôt est pour moi "un honorable devoir" (comme le disait la Constitution de 1793) mais je n'aime pas que cet argent soit dilapidé. Si je participe avec mon épouse au financement du "bien commun", je suis pour la démocratie participative. Avec De Closets, je cite les dépensocrates « Monarque élyséen ou roitelet de village, ministres de l'Etat ou princes de région, technocrates, généraux, directeurs, vous tous qui dépensez l'argent public, je vous salue » ! Salut également « aux industriels assistés, philanthropes subventionnés, artistes pensionnés, organismes budgétivores, corporations, associations et lobbies qui recevez l'argent public ». De Closets précise « il n'y a pas d'imposition qui vaille sans contrôle de la dépense publique ». Je ne vais pas vous citer tout le livre, essayez d'en trouver un exemplaire du côté de nos libraires ou des bouquinistes.

Depuis longtemps, les budgétaires du Ministère des Phynances engrangent nos impôts relayés localement par les Percepteurs pour les impôts locaux ponctionnent. Tout est bo, pour faire rentrer de l'argent. mais quand il s'agit de contrôler les dépenses inutiles, il n'y a plus personne. La Cour des Comptes : cause toujours, tu m'intéresse. Cette dépense inutile (grande dépense inutile) s'est accentuée depuis que la loi NOTRE a donné aux collectivités territoriales et locales le pouvoir de dépenser sans contrôle préalable, seulement un contrôle à posteriori rarement suivi de sanctions. A Montpellier la surdouée, nous avons eu un maître en la matière dont les élèves ont voulu surpasser le maître. « Je dépense, donc je suis ».

Je ne veux pas jeter de l'huile sur le feu, les casseurs qui ont dévasté les cortèges de manifestants pacifiques s'en sont chargés. Ne cassons rien car c'est nous qui allons payer la note ! Manifestons en silence contre la gabegie des fonds publics et les alibis écologiques du pouvoir qui ont dévoyé la collecte de taxes "écologiques" vers le budget général. Puisqu'il faut rouler à 80 km/h sur nos routes de campagne, nos voitures consomment moins de carburant. Tant pis pour les fous du volant. Tant qu'ils emboutissent un talus ou un fossé, c'est leur problème et on en voit. Conduire sagement sur la route comme sans nos villes et manifester pacifiquement, c'est mon mot d'ordre.

Fermer

citoyen34
Publié le 07/12/2018 ¤ 08:37   | |    |


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !