Texte à méditer :   Résister doit être écrit au présent   Lucie Aubrac
Texte à méditer :   Amour sacré de la Patrie, conduis soutiens nos bras vengeurs ....   Rouget de l'Isle
Texte à méditer :   L'optimisme est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succès   Sir Baden-Powell
Texte à méditer :   S'en prendre aux forces de police, c'est s'en prendre à la Nation.   Renaud Dély
Texte à méditer :   La grande tâche de l'homme est de ne pas servir le mensonge.   Albert Camus
Texte à méditer :   Le serpent change de peau, non de nature.   Proverbe persan
Texte à méditer :   Demain s'est écrit hier.   François Fillon
Texte à méditer :   Il y a un communautarisme islamique qui n'a pas sa place sur la terre de France.   François Fillon
Texte à méditer :   Il faut écouter beaucoup et parler peu pour bien agir au gouvernement d'un État.   Cardinal de Richelieu
Texte à méditer :   L'optimisme va bien à qui en a les moyens.   Charles de Gaulle
Texte à méditer :   On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l'ont engendré   Albert Einstein
Texte à méditer :   La force de la cité ne réside ni dans ses remparts, ni dans ses vaisseaux, mais dans le caractère de ses citoyens   Thucydide
Texte à méditer :   Plumez un poulet plume par plume, personne ne le remarquera.   Madeleine Allbright
Texte à méditer :   L'arbre qui tombe fait plus de bruit que la forêt qui pousse.   Proverbe africain
Texte à méditer :   La démocratie participative : les citoyens sont les meilleurs experts que questions qui les concernent.   Mme Ségolène ROYAL
Texte à méditer :   Le citoyen défend la cité lorsque celle-ci est menacée.   Colonel (er) Michel GOYA
Texte à méditer :   Les fonctionnaires sont comme les livres d'une bibliothèque : plus ils sont hauts, moins ils servent.   Clémenceau
Notre doctrine

Nous allons vers la création d'une association de contribuables de l'Hérault, avec votre soutien. Nous sommes là pour vous défendre et nous ne diffusons à personne les coordonnées de ceux qui nous contacten et qui respectent les lois et les régles de la bienséance et de la politesse en usage dans notre pays. Ni droite ni gauche, non plus centre, AU-DESSUS. Pour notre pays, dans le strict respect des lois et pour le respect des lois et de tous nos concitoyens. Ce site est à vous : un recueil de vos doléances. Voyez le forum.

Halte aux privilèges indûs, halte aux grands projets inutiles, au présidents, ministres, députés, sénateurs, haut-fonctionnaires, roitelets de campagnes, grassement payés, aux dépensocrates.

Lo Papet républicain

Vous êtes ici :   Accueil » Blog
 
 
Blog
Rubriques

Déplier Fermer Résistance française

Déplier Fermer Politique

Déplier Fermer Justice

Déplier Fermer Islamisme assassin

Déplier Fermer Fiscalité

Déplier Fermer Fiscalité locale

Déplier Fermer Egalité

Déplier Fermer Démocratie

Déplier Fermer Démocratie participative

Déplier Fermer Démocratie locale

Déplier Fermer Déchets ménagers

Déplier Fermer Commémorations

Déplier Fermer Citoyenneté

Déplier Fermer AMETYST

Derniers billets
Derniers commentaires
Calendrier du blog
01-2019 Février 2019
L M M J V S D
        01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28      
Billets des amis
Tous les billets
Nouveau  fontaine_de_la_justice.jpgAffaire du "mur des cons"  -  par Regulus

L'affaire du « mur des cons » vient de connaître un premier épisode judiciaire. Mme Françoise Martres, ancienne présidente du Syndicat de la magistrature (minoritaire, classé à gauche) a été condamnée, jeudi 31 janvier 2019, pour “injure publique” envers le général (2S) Philippe Schmitt. C'est le mensuel « L'essor de la Gendarmerie nationale » qui a rendu compte de la nouvelle ! Mais qu'est donc que cette affaire ? Un magistrat condamné ! ?

1 - Historique

« La révélation de ce panneau, sur lequel figuraient des images d'hommes politiques, de journalistes mais aussi de parents de victimes, avait fait scandale en 2013 ». (d'après le site du Figaro). Pour sa défense, Françoise Martres, poursuivie pour injures publiques, estime que ce panneau « n'avait pas vocation à être rendu public ». Mais le syndicat qu'elle présidait avait-il le droit, pour autant, de railler, dans un trombinoscope, des personnalités de droite ? « La garde des Sceaux juge impossibles des sanctions et a toutefois rappelé que « le devoir de réserve des magistrats supposait de la retenue ». ».

Il s'agit là d'une révélation du site « Atlantico » (selon Wikipedia). Un panneau portant plus d'une centaine de photos est découvert publiquement dans un local occupé par le syndicat de la Magistrature. Ce qui pourrait être « un canular de potaches marqués à gauche, un défoulement en réaction aux attaques anti-juges ... » ne fait rire personnes, à commencer par ceux dont le portait figure sur ce « défouloir ».

Se sont donc retrouvés au mur Philippe Courroye, ancien procureur à Nanterre, qualifié de «fossoyeur du 92 [Hauts-de-Seine]» pour avoir protégé mordicus Jacques Chirac ou Liliane Bettencourt, mais surtout une ribambelle d’élus LR : Patrick Balkany, Eric Woerth, Patrick Ollier, Luc Chatel ou Christian Jacob. Tous n’ont pas eu maille à partir avec la justice de leur pays, mais le décor est planté : des magistrats de gauche raillent ouvertement des personnalités de droite. Mais dans un lieu privé ?

Selon le site de "Libération" (nous citons) «Les locaux du Syndicat de la Magistrature (SM) constitueraient un lieu strictement privé, protection syndicale oblige : «Le panneau litigieux a été réalisé progressivement par certains membres de ce syndicat, à titre personnel. En outre, il n’a fait l’objet d’aucune diffusion de la part du syndicat ou en son nom. Le seul fait que ledit "mur des cons" se trouve affiché au sein des locaux ne suffit à démontrer qu’il constitue un affichage syndical.» En défense, le SM n’aura guère plus à ajouter, du moins sur les vices de forme. ».

Toujours selon « Le Figaro » (nous citons) « Les faits sont apparemment d'une simplicité biblique : un panneau de photos sous la mention "mur des cons", donc injurieux. Mais pour caractériser l'infraction d'injure publique, c'est en fait bigrement complexe, lorsque les faits se sont produits au sein d'un local syndical. Les recours ont été nombreux, de la part du parquet, qui a requis le non-lieu, ainsi que du Syndicat de la magistrature. Voilà pourquoi le procès n'arrive que cinq années et demie après les faits, un délai incroyablement long. ». Madame Christiane Taubira mettra un certain temps à exprimer sa consternation et à condamner les faits.

2 - Conséquences

La justice est passée mais l'affaire ne semble pas terminée car après la condamnation, il y a les recours (appel et cassation). Il est plus que probable que celle sui est devenue « première vice-présidente adjointe au tribunal de Bordeaux » ne restera pas les bras croisés, c'est son droit le plus absolu. Aucun des sites internet qui ont rendu compte des péripéties judiciaires de cette affaire n'a rendu compte des moindre excuses ni regrets de l'inculpée-condamnée à l'égard des personnalités ayant fait l'objet de ce sinistre affichage. Les recours ont été nombreux, de la part du parquet, qui a requis le non-lieu, ainsi que du Syndicat de la magistrature. En arguant du caractère privé du lieu ! Mais arrive l'argument opposé : en invitant un journaliste dans ce lieu, le caractère privé n'existe plus ! Bien que le journaliste ait été invité à ne pas filmer le panneau.

Il s'agit là d'une affaire dans laquelle les citoyens respectueux des lois, comme nous, sont consternés à différents titres. Celui qui porte une robe de magistrat n'est pas un citoyen comme les autres. Il a un devoir de réserve qui doit lui interdire le moindre écart, lui qui doit juger les autres. Les canulars de ce style n'ont pas de droit de cité dans des locaux publics. 

Car là est la question. Le devoir de neutralité des magistrats est évoqué sur un autre site de Libération, rendant compte du procès : « Le dernier jour d’audience a viré à la discussion théorique sur le devoir de neutralité des magistrats.».

Il faut espérer que tout ceux qui sont au service de l'État et particulièrement du pouvoir judiciaire en tireront les leçons les plus salutaires. Le devoir de réserve s'impose aux serviteurs de l'État.

Publié le 05/02/2019 ¤ 15:38  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
Nuit_du_4_aoet_1789_abolition_of_the_privileges220px.jpgUne caste dominerait la France ?  -  par Jacou_le_Croquant

Selon un ancien numéro du Nouvel Observateur (Nouvel Obs : n° 2052 du 10 mars 2004, pages 14 à 29), les super-énarques seraient en accusation !. Le Nouvel Obs tire la substance de son dossier (pp. 14 à 18) d’un livre qui a été publié par l’écrivain Ghislaine Ottenmeyer sous le titre « Les intouchables » (3 mars 2004). Le jugement est dur, il vise le corps des fonctionnaires de l’ État, l’inspection des finances (IDF). Parce qu’ils sont sortis un jour dans les tous premiers de l’ENA (École Nationale d'Administration), « sans avoir à prouver ni leur courage, ni leur capacité de gestionnaires, ni leur charisme, ils se retrouvent à la tête de l’État ou de grandes entreprises. Pour quelques succès, que de désastres ! ... ». Sont passés en revue un Président de la République, Valéry Giscard d’Estaing, plusieurs Premiers Ministres et Ministres (Maurice Couve de Murville, Jacques Chaban Delmas, Michel Rocard et Alain Juppé) ainsi que de grands Commis de l’État très compétents. Figurent aussi de grands patrons à la compétence reconnue. Cependant, la caste a enfanté des dirigeants d’entreprises responsables d’au moins quatre « désastres économiques ».

 

En 2004, le corps de l’IDF était qualifié de misogyne. Dans son interview, l’écrivain affirmait que « Seul le pouvoir les intéresse » et « ils détiennent le vrai pouvoir », une « caste arrogante qui est devenue un boulet pour la France. Depuis les années 1970, elle est totalement anachronique ... » (à rapprocher des accusations d'arrogance portées contre les actuels dirigeants).

 

Nous n’en dirons pas plus, vous découvrirez le livre et l’analyse datant de 2004. Depuis, il y a eu 2017 et l’arrivée au pouvoir de l’un d’entre eux, Emmanuel Macron. Il intègre en 2004 l’IDF dirigée par M. Jean-Pierre Jouyet dont, selon Wikipédia « il devient l’un des protégés ». Le 26 août 2014, il devient Ministre de l’économie, de l’Industrie et du Numérique. Il démissionnera le 30 août 2016 pour se consacrer au lancement du mouvement « En Marche » et sera élu le 7 mai 2017 Président de la République sans avoir jamais exercé le moindre mandat électif ! Le taux d’abstentions au 2e tour est de 25,4%.

 En octobre 2018 éclate la crise des Gilets jaunes qui jettera dans la rue et sur les ronds-points des milliers de Français excédés par la fiscalité !

Il semble que le Nouvel Obs ne lâche pas facilement le morceau. Quatorze ans après, l’écrivain Vincent Jauvert (journaliste au Nouvel Obs où il est spécialiste en investigation) publie « Les intouchables d’État : Bienvenue en Macronie » (Robert Lafont, 2018, 247 p.). C’est la suite logique du précédent ouvrage avec plusieurs cas supplémentaires car, depuis 2004, rien n’a changé. L’ouvrage est présenté en dernière page de couverture comme « Incarnée par Emmanuel Macron et édouard Philippe, une nouvelle noblesse d’État dirige la France. Une caste de hauts-fonctionnaires plus que jamais minée par l’entre-soi et par les conflits d’intérêts. ». Là encore, vous ne manquerez pas de lire cet ouvrage mais attention ! Par petites doses quotidiennes car l’énoncé des privilèges de ces « nouveaux aristocrates » donne vite la nausée (ou l’envie de recourir à la lanterne républicaine : pas de peine de mort ni de Robespierre au 21e siècle !). Nous conclurons avec la dernière phrase de la page de couverture « ...Vincent Jauvert dévoile la face cachée de cette haute fonction publique qu’il est urgent de moraliser. ». Pourtant, je croyais naïvement que depuis la nuit du 4 août 1789, les privilèges étaient abolis.

Le plus privilégié de tous n’est pas celui que vous croyez, il ne gagne que 150.000 €/an. C'est le Gouverneur de la Banque de France (miracle : son salaire est publié) qui « reçoit une rémunération d’activité équivalente à celle de vice-Président du Conseil d’État » ! Ils sont donc deux à toucher la modeste somme de 283.000 euros bruts par an » auxquels s’ajoutent 67.716 euros d’indemnité « imposable » pour le logement. C’est de l’argent public que tous reçoivent, l’argent de vos impôts ! Et les autres IDF ?  Dans « l’Empire, pardon la République », de quoi se plaindrait-on, nous retraités aux pensions amputées de la CSG ?

 

Abraracourcix dit Le Croquant

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen.jpg

A bas les privilèges !!!

 

Publié le 01/02/2019 ¤ 19:53  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen.jpgOn se moque de nous à Figuerolles  -  par Abraracourcix

On se moque de nous à Figuerolles ! ? Est-de un problème de voierie ? Qui est responsable ? De quoi parlons nous ? C'est du quartier de Figuerolles. Ce quartier est traversé par la route de Lavérune ou la rue du Faugourg-Figuerolles. Depuis le 19 septembre, cette voie importante est coupée et des déviations mises en place en vue de réaméager le tronçon qui va de la rue de Claret à la rue Ronsard. La ligne des autobus (TAM) a été déviée ainsi que la circulation automobile, créant plusieurs longues déviations car la rue de Claret elle aussi est coupée ! 

A la suite d'un incendie supposé criminel d'une baraque de chantier (ALGECO détruit) située rue de la Commune Clôture (20/09/2018, 21h15), une bouteille de gaz a explosé. Les travaux se sont arrêtés. Ces travaux n'ont toujours pas repris à ce jour, 24 janvier 2019, comme le souligne le journal « C-NEWS » (24/01/2019) qui reprendrait un article du qutodien Midi-Libre..

Les commerçants sont excèdés ainsi que les riverains, tous impactés dans leurs déplacements. La ligne de bus a été détournée et oblige les usagers du quartier à un long détour à pied pour regagner leur domicile.

La question qui se pose est pourquoi les travaux n'ont pas repris ? Qui est responsable de cet arrêt ? Selon le quotidien Midi-Libre « Selon nos informations, un agent de sécurité, chargé de surveiller le chantier aurait reçu des projectiles et aurait été l'objet de menace. Il aurait alors exercé son droit de retrait. L'incendie de la cabane de chantier aurait suivi cet épisode de tension. » 

Qui menace qui et comment ?

Habitant le quartier, nous exigeons la reprise rapide des travaux et l'arrestation de ceux qui menacent ainsi la sécurité publique. 

Abraracourcix
Résident du quartier de Figuerolles

Habitants et commerçants, à vous d'exercer votre pouvoir citoyen en transformant ce billet (que vous pouvez imprimer) en une pétition à faire parvenir à M. Philippe SAUREL, Hôtel de la Métropole 50 place Zeus CS39556 - 34661 Montpellier Cedex 2  ou en demandant le service voierie au 04 67 13 60 00.

Ecrivez, téléphonez, protestez : exercez votre droit intangible à la démocratie participative et de proximité !

Publié le 24/01/2019 ¤ 14:11  - 1 commentaire - 1 commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut

Nous nous élevons avec indignation contre le tabassage d'un gendarme par un boxeur professionnel comme contre l'attaque d'un motocycliste de la police tombé au sol. Il est inadmissible que des manifestants respectueux de l'ordre républicain s'en prennent aux forces de l'ordre. Qui frappe un policier ou un gendarme dans une manifestation commet un acte grave et devra en assumer les conséquences tout comme ceux qui cassent vitrines et automobiles sur la voie publique. Nous addirmons totalement immoral le fait de couvrir avec une cagnotte des faits délictueux.

Mais on est en droit de s'interroger sur le degré de formation militaire à la défense personnelle d'un policier ou d'un gendarme dans la mesure où ne sait pas se défendre contre un assaillant. Quelle est donc la formation en matière de sports de combat de nos forces de l'ordre ?

On peut aussi s'interroger sur la cyber-surveillance des réseaux sociaux par nos services de renseignement. Ces réseaux échappent à tout contrôle des instances gouvernementales.

Il convient d'y réfléchir.

Publié le 08/01/2019 ¤ 15:30  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut

N'en déplaise à Monsieur le Président de la République s'exprimant à propos des célébrations du 11 novembre 2018, l'Armée française de 1914-1918 était bien l'armée de la nation, « l'armée de masse de la nation ». Cette affirmation figure en fiche 30 de l'ouvrage collectif « 99 questions sur ... la défense » (sous la direction de Paul-Henri GARCIA, SCEREN, CRDP Languedoc-Roussillon, 2004, 231 p.). Les déclarations de notre Président auraient pu laisser croire qu'en 1914 nos armées étaient composées de citoyens armés sans aucune formation, commandés par des officiers sanguinaires ! Les choses ne sont pas si simples, il y a eu des excès, des mutineries et leur répression (il y en eut des deux côtés).

Selon Paul-Henri GARCIA et alii. (2004, fiche 81), « En 1911, devant la menace allemande, la durée du service est étendue à 3 ans, permettant de disposer de recrues très instruites quand le conflit éclate. ». Selon un ouvrage de Pierre MIQUEL (Les pantalons rouges : la tranchée, SELECTION - Sélection biblio) d'après Arthème-Fayard, 2002), nous assistons à la déclaration de guerre dans un village du Bourbonnais (région de Montluçon) où un fermier avait fait son service dans l'artillerie à cheval (7 ans) et en était sorti sous-officier (maréchal chef des logis) avant de retourner à sa ferme. Un des fils a devancé l'appel, dans l'artillerie (ne voulant pas passer le bachot). Le 2 août 1914, le tocsin appelle à la mobilisation. « Tous [sont] résolus à faire leur devoir et à partir. » ! La réquisition des animaux (chevaux de trait en particulier, boeufs, ) commence. Tous les hommes de 20à 48 ans vont partir. Il y a parmi eux des gradés, les hommes commencent à être équipés (sac à dos, cartouchière, pelle, scie articulée, Lebel bien graissé, gourde d'étain, baïonette, etc.). Y compris une plaque d'identité à chaînette. Ce scénario, avec l'embarquement dans les trains se renouvellera partout en France. Ce sont en majorité de solides réservistes (ici un caporal venu de sa ferme), paysans-soldats qui vont rejoindre dans les casernes les conscrits des classes en cours d'instruction ou déjà instruits ! Le départ pour le front est proche, le 7 août au matin, sous des jets de fleurs. Les kilomètres à pied succèderont aux trajets en train, en bataillons ordonnés et encadrés. On est loin de civils mobilisés et armés à la hâte. Les Montluçonnais seront engagés à Thaon-les-Vosges (région du Donon, Vosges) avec l'appui du « Saint Soixante-Quinze » (artillerie divisionnaire)... Je ne vais pas ici raconter la guerre de 1914-18.eek La suite durera 4 ans.mad

Relisez bien notre histoire, Monsieur le Président Emmanuel MACRON ! L'armée française de 1914-18 était une véritable armée républicaine et citoyenne face aux allemands (bavaro-austro-prussiens) sanguinaires (prises d'otages, occupation musclée, fusillades de civils, etc.), ceux qui ont évacué en 1918, après l'armistice, les départements occupés, en ravageant méthodiquement, scientifiquement ce que la mitraille n'avait pas écrasé ! Une préfiguration de la guerre de 1939-45 et de son occupation, car l'armistice n'est pas la paix ! La bataille de Verdun fut un exemple de résistance de nos soldats qui ont refusé qu'un seul pouce de territoire national ne soit cédé !

Abraracourcix
AA-IHEDN 1985

Bibliographie (pour aller plus loin)

« 99 questions … sur la Défense ».- Paul-Henri GARCIA el alii. (Ouvrage collectif sous la direction de), SCEREN – CRDP Languedoc-Roussillon (Montpellier), 232 p., 1 annexe.

Publié le 23/12/2018 ¤ 07:23  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut

En physique des métaux, la résilience est la qualité qui caractérise la capacité d'un métal à reprendre sa forme, à la suite d'une déformation. En psychologie, c'est la capacité à surmonter les chocs traumatiques. Dans les deux domaines, il s'agit d'une qualité, celle de résister à un choc. Nous nous intéresserons au domaine de la psychologie et particulièrement à celui des masses, la masse des citoyens qui peuple notre pays. Nous nous sommes inspirés ici de l'article de M. Alexandre MALAFAYE en collaboration avec Brice de GLIAME (trimestriel « Engagement » de l'ASAF, n° 121 décembre 2018, pp. 31 à 33). Cet article méritait quelques compléments de ma part (AA-IHEDN, 1985) et extraits remaniés de l'ouvrage « 99 questions sur ... la défense » (Ouvrage collectif sous la direction de Paul-Henri GARCIA .-SCEREF-CRDP Languedoc-Roussillon, 2004, 232 p.).

1 - Les domaines d'application

En psychologie, la résilience s'applique à des être humains (individus ou groupes), à la collectivité nationale, au couple, à la famille, etc.

1.1 - Cas de l'individu ou du groupe

Le cas de l'individu ou du groupe met en question la capacité de faire face à « l'effet de sidération » qui suit un choc à revenir à sont état normal en dépit d'évênements douloureux ou violents tels, par exemple, un attentat terroriste faisant des victimes.

1.2 - Cas d'une nation (collectivité nationale)

Le cas d'une nation s'apprécie au moment de crises, de catastrophes naturelles, d'accident majeur, de guerres et d'attaques terroristes, etc. Pris dans son sen le plus positif, le terme évoque l'aptitude à se redresser, à se relever collectivement sans avoir remis en cause ses valeurs et ses principes fondamentaux lesquels structurent la nation.

Ici se place le cas de ce qui se passe après un attentat terroriste de grande ampleur comme ceux du 13 novembre 2015 (Saint-Denis, 10e et 11e arrondissements, Bataclan). La réaction des Français a été qualifiée de résiliente pour diverses raisons :

  • en raison du sursaut qui a suivi,
  • parce-que les actes n'ont pas dressé les Français les uns contre les autres et à provoquer une guerre civile.

Il convient de souligner que la résilience d'une société ne saurait reposer sur la seule capacité de chaque citoyen à faire face à l'adversité.

1.2.1 - La construction de la résilience d'une nation

La construction de la résilience d'une nation s'articule autour de quatre axes :

  • le cadre légal, celui de l'État de droit qui permet d'affronter les crises graves,
  • le projet de société qui fédère des citoyens et forge le sentiment d'appartenance avec le désir de faire front ensemble,
  • l'affichage des des symboles et des valeurs communs,
  • la confiance des citoyens envers ses représentants.

La résilience ne se décrète pas, elle relève d'une démarche volontaire..

1.2.2 - Résilience acquise ou innée ?

Mais la résilience n'est pas innée, c'est un trait de caractère qui se construit, se développe et se renforce. Pourtant, on pourrait croire le contraire ? Il ne faut pas confondre l'esprit belliqueux, guerrier, velléitaire de certains peuples avec l'esprit de défense. En France, de nos jours, la résilience est le fruit d'une patiente construction sociale, inscrite dans le temps long. Elle remonterait à la révolution de 1789 et aux soldats de l'an II ?

1.2.3 - Les institutions qui développent la résilience

De tout temps et en tout lieux, il y a eu des nations avec une longue tradition de servage, d'esclavage sous la férule de tyrans. La plupart de ces nations se sont soulevées, libérées, dotées d'institutions démocratiques. La France l'a démontré avec ses soldats-citoyens qui sont partis en 1914 se battre contre l'envahisseur prusso-bavarois. La France est une nation qui prétend se défendre et non attaquer. Si la seconde guerre mondiale a connu un fléchissement national qui a conduit à un armistice funeste, la résistance à l'envahisseur a fini par unir un peuple qui a gagné sa victoire avec l'aide de ses colonies, des résistants, des soldats refusant l'abaissement et des alliés qui leur ont fourni des armes. La nation en armes !

Des institutions existent de os jours qui vont permettre au citoyen de s'impliquer dans sa propre sécurité. 

2 - L'esprit de défense

Le grand mot est lancé : l'esprit de défense ! Le constat est fait que les ressources de l'État ne peuvent tout devant la diversité des menaces et leur inscription dans un temps long. Il faut un changement de posture : le citoyen peut et doit s'investir, (nous citons) « s'impliquer dans sa propre sécurité », sans haine ni désordre, quand le mal est là, quand un évènement tragique survient.

2.1 - Indifférence ou résilience

Il ne faut pas céder à la facilité consistant à confondre l'indifférence ou la facilité avec la résilience. Cette dernière qualité, nous l'avons dit, (nous citons) « suppose une démarche volontaire ». Le citoyen participe à la défense de son pays. L'indifférence peut conduire au pacifisme et à l'esclavage. La défense conduit à la résilience.

Mais comment définit-on la défense ?

2.2 - La défense

Tout organisme vivant (plante, animal, être humain) développe des mécanismes visant à répondre à une menace ou une agression. Ce mécanisme est la défense. Nos sociétés se défendent et il n'existe pas d'état qui ne possède une armée et des forces de sécurité pour se défendre.

En France, la défense est nationale, globale, armée. Elle est centralisée et, depuis la suspension du service national, elle est confiée à des professionnels, ce qui tend à démotiver, sauf exceptions, les citoyens qui deviennent passifs.

2.3 - L'esprit de défense au service de la résilience nationale

Le constat a été fait que la centralisation de la gestion centralisée de la sécurité a éloigné le citoyen des problématiques de sécurité au quotidien. La France a un gros retard à rattraper en la matière mais dispose d'atouts. La France n'en est, cependant; qu'aux balbutiements.

2.2.1 - L'IHEDN

L'Institut des Hautes Études de la Défense Nationales (IHEDN) forme des citoyens de la société civile, des fonctionnaires de haut-niveau et des militaires, ensemble, à l'esprit de défense. L'objectif n'est pas de former des tireurs à l'arme à feu mais d'aviser, de préparer les citoyens dans une perspective de résilience. Il les prépare à mieux affronter l'adversité dans une perspective de résilience individuelle et collective. Un des axes de son action est dirigée vers notre jeunesse par le canal de ses professeurs : j'ai nommé les Trinômes Académiques, Armée, Éducation Nationale, IHEDN. Ce réseau apporte une contribution utile, en particulier aux réserves citoyennes.

2.3.2 - Les réserves citoyennes

Depuis la « mise en sommeil » du service militaire obligatoire et l'institution d'une armée de métier, le problème se pose de manière aigüe des réservistes notamment dans des armes de spécialistes ou de nouveaux théâtres d'opérations comme le cyber-monde et la cyber-sécurité. Des places existent au sein des armées, des forces de sécurité (gendarmerie, police, douanes) pour accueillir pour des périodes plus ou moins longues, des citoyens volontaires de tous âges. Ce sont les réserves citoyennes. Cette mobilisation des citoyens a été montrée après les attentats de 2015.

La réserve citoyenne de défense et de sécurité est composée de volontaires agréés par les autorités militaires pour contribuer au renforcement du lien entre les armées et la société civile. Si vous souhaitez en faire partie, vous devez remplir certaines conditions, notamment d'âge et de nationalité. La participation à la réserve citoyenne n'ouvre pas droit à rémunération ou indemnisation. Il existe une réserve citoyenne dans chaque arme.

2.3.3 - La Garde Nationale

« La Garde nationale, ce sont des femmes et des hommes volontaires qui décident, en parallèle de leur vie civile, de s’engager dans la réserve opérationnelle au service de la protection des Français ». C'est ainsi que définit le site consacré à cette nouvelle formation.  

J'ai fourni à mon association d'AA-IHEDN-LR un article de réflexion sur la future Garde Nationale, oeuvre de citoyen. Elle semble ne pas avoir abouti. Le problème est le manque de réservistes et le mauvais souvenir laissé en France par le terme « milice » ainsi que par des expériences historiques. La vigilance citoyenne s'est exercée à tort entre 1940-45 (Seconde guerre mondiale) et a laissé des cicatrices douloureuses (collaboration). L'ASAF fournit deux exemples étrangers à prendre en considération.

3 - Les modèles étrangers

Deux pays ont retenu l'attention de l'ASAF en matière d'engagement citoyen : la Suisse (modèle que j'ai cité) et le Sénégal (exemple récent).

3.1 - La Garde Nationale suisse

La Confédération Helvétique fait partie des pays dans lesquels l'esprit de défense et la résilience sont étroitement liés, résultat d'une civilisation ancienne de lutte pour son indépendance (serment du Grütli et Confédération des III cantons vers l'Etat fédéral de 1848).

La Garde Nationale suisse est un système de milice avec un service militaire obligatoire (hommes seulement) et une réserve opérationnelle. La Suisse propose à ses concitoyens des entraînement réguliers de mise en situation destinés à préparer des ripostes à des menaces sécuritaires. La Suisse dispose d'un système d'information et d'alerte en temps réel de la population. La population exerce une vigilance citoyenne permanente et discrète qui ne serait pas du tout du goût des Français (basé sur la délation).

3.2 - Le réseau sénégalais d'assistants à la citoyenneté de proximité (ASP)

Le réseau sénégalais d'assistants à la citoyenneté de proximité (ASP) est une réponse au constat fait de l'éloignement du citoyen des problèmes de sécurité du quotidien. Ce réseau comporte plus de 10.000 volontaires, acteurs de la sécurité.

Cette réalisation exemplaire a permis de faire nettement diminuer la délinquance tout en facilitant la remontée d'informations utiles. En particulier, la montée de l'islamisme radical a été contenue.

Ainsi un petit pays d'Afrique de l'Ouest donne l'exemple d'une relation étroite citoyens-police-gendarmerie. 

3.3 - Et la France ?

Les auteurs de l'article publié par l'ASAF soulignent que la France en est aux balbutiements. Avec les différentes formes de réserves citoyennes (mal ou pas employées), par le maillage large du réseau et de leurs compétences, on est loin d'aider l'Etat à assumer ses missions :

  • préparer la Nation à mieux réagir en cas de nouvelles attaques,
  • rétablir les liens de confiance entre citoyens et institutions,
  • combattre les replis identitaires et communautaires,
  • lutter contre l'incivisme qui reste la première cause d'insécurité pour les Français.

A suivre dans l'intérêt supérieur de notre NATION.

Publié le 21/12/2018 ¤ 14:03  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
contasso_stop200x191.jpgPlein le dos de vos coups de godille  -  par AsterixFurax

J'en ai plein le dos de vos coups de godille en guise de gouvernement. Alors, ma femme et moi gagnons à peine plus de 33.000 € (revenu fiscal annuel de reférence : RFAR), soit un RFAR de 2.750 €/mois ! Or, notre RFAR est de 36.000 € soit 3.000 €/mois ! Or, ma retraite est de 2.000 €/mois et celle de ma femme 600 €/mois. Nous dépassons le RFAR de 250 € ! Il y a maldonne : nous sommes des contribuables-retraités moyens, on nous a pris 200 € sur ma retraite et 50 € sur celle de mon épouse, soit 250 € en moins sur nos deux retraites, au titre de l'augmentation de la CSG ! Et cette arnaque va continuer en 2019 ? ! Car nous n'aurons droit à aucune baisse de la CSG ! Nous sommes trop riches avec nos 2.500 € de retraite par mois ! Nous n'avons droit à rien sinon à payer (à raquer) pour que de hauts pensionnés ou haut-dépensocrates continuent à encaisser leurs hautes retraites et leurs hauts salaires, indemnités et pensions ! Nous sommes d'autant plus furaxs que nous apprenons par les médias radio et télé que nous faisons partie des 30% de français retraités qui n'auront pas de baisse de la CSG sur nos retraites ! Permettez nous de douter de ce chiffre de 30% ! Une question : n'a-t-on oublié personne dans des privilégiés qui raquent : nos présidents retraités, nos députés, sénateurs et ministres retraités ? Les retraités de EDF-GDF qui paient leur électricité au rabais ? Les hauts-fonctionnaires retraités ou en activité qui gagnent plus de 20.000 €/mois ?

On nous égorge et ce n'est pas la diminution d'un tiers de la Taxe d'habitation qui compensera !

Alors Gilets Jaunes, nous continuerons, sans casser mais avec la même revendication et la même détermination : baisse des dépenses publiques, des subventions abusives, des hauts salaires de hauts fonctionnaires et des dépensocrates !

On rabote tout le monde !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Président, ministres, députés, sénateurs, hauts-Directeurs d'administrations devenues inutiles, tout le monde au rabot ! Est-il normal de continuer à accorder des privilèges exorbitants ! A dépenser en finançant de Grands Projets Inutiles ou des comités théodules bien arrosés. On met tout à plat, on ne cache rien, tout mis à l'air !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Signé FURAX !!! : Abraracourcix et Bonnemine réunis
Chefs gaulois mécontents

Publié le 17/12/2018 ¤ 08:10  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut

Hier soir, 11 décembre 2018, les radios faisaient état vers 19h d'une fusillade à Strasbourg. Au fur et à mesure de la soirée se précisait un bilan catastrophique, au moins 3 morts et 12 blessés. Cliquez sur ce lien pour plus de détails. Ce matin, 12 décembre, le bilan était revu un peu à la baisse :

  • 2 morts (hélas !)mad,
  • 1 blessé et état de mort clinique (hélas !)confused,
  • 12 blessés dont 6 dans un état d'urgence absolue, pronostic vital engagécry.

L'auteur présumé de cet acte odieux est un certain Cherif CHEKAT, 29 ans, français d'origine maghrébinefrown né à Strasbourg, titulaire d'un impressionnant pedigree de délinquant multirécidiviste depuis son plus jeune âge, condamné à 27 reprises en France, en Allemagne et en Suisse. Pour plus de détails, cliquez sur ce lien vers le site du Progrès de Lyon.

Hier soir 13 décembre 21h00, les médias annoncent la mort du délinquant abattu par une patrouille. 48 h de traque et un résultat : la mort du criminel dénoncé, semble-t-il par une habitante du Neuhoff.

D'après Xavier RAUFER (Criminologue, dans Atlantico décembre 2018 - 3), cet attentat terroriste revêle (nous citons)  « que le bilan sécuritaire de la présidence Macron vire au désastre. »cry. Plus loin dans son article, l'auteur demande « Comment un islamiste dangereux, criminel et fiché S a-t-il pu passer au travers des mailles de ce filet ? ». Et allant plus au fond du problème, l'auteur met en cause les services du renseignement intérieur (ex DST et RG fusionnés) qui refusent d'admettre le concept d'hybridation entre la criminalité de droit commun, le jihadisme et le salafisme islamique (« à mi-chemin de la terreur et du crime »mad). Pourtant, au début du quinquennat Macron, une Coordination nationale du renseignement et de la lutte antiterroriste, siégeant à la Présidence élyséenne, a été instituée pour « unifier les cultures et les ripostes de la communauté du renseignement. »cool La conclusion de Xavier RAUFER est glaçante « Mais à mesure que M. MACRON s'affaiblit, donc n'effraie plus, les mauvaises habitudes reprennent. Chacun se la joue en solo. Les crispations se multiplient. »tongue

Et qui paie pour cette incurie que dénonce l'auteur criminologue ? « Résultat : Strasbourg, trois morts et 13 blessés. »biggrincrycrycry.

Nous nous inclinons devant les victimes et la douleur de leurs famillescrycrycry, nous souhaitons un prompt rétablissement des blesséscoolwink.

Les ressources existent : des policiers et des gendarmes compétents, des volontaire réservistes citoyens motivés, des jeunes citoyens-citoyennes civiques, etc. Tous sont là, malgré la gabegie régnante.

Un Gaulois civique et citoyen

coolwinkbiggrinsmile

Publié le 12/12/2018 ¤ 21:03  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut

« Tant et plus : comment se gaspille notre argent » : c'est le titre d'un vieil ouvrage écrit par Monsieur François de Closets (Ed. Grasset, 1992). Cet auteur a à son actif plus d'un écrit qui, depuis 1969, voue aux gémonies les politiciens de notre pays, dénonçant « La France et ses mensonges » (1977). Feu mon beau-père en avait une bonne collection et ne se privait pas pour me les citer : j'ai été à bonne école.  Il me les a légués. Honneur à sa mémoire, celle d'un jeune héraultais né en 1910, parti au service militaire comme 2e classe et qui quitta l'armée capitaine, officier de la Légion d'Honneur (1951).

Dans "Tant et plus", ce livre parle de l'impôt et dénonce, déjà en 1977, la France comme n'étant pas un paradis fiscal. Je ne suis pas un contribuable récalcitrant, l'impôt est pour moi "un honorable devoir" (comme le disait la Constitution de 1793) mais je n'aime pas que cet argent soit dilapidé. Si je participe avec mon épouse au financement du "bien commun", je suis pour la démocratie participative. Avec De Closets, je cite les dépensocrates « Monarque élyséen ou roitelet de village, ministres de l'Etat ou princes de région, technocrates, généraux, directeurs, vous tous qui dépensez l'argent public, je vous salue » ! Salut également « aux industriels assistés, philanthropes subventionnés, artistes pensionnés, organismes budgétivores, corporations, associations et lobbies qui recevez l'argent public ». De Closets précise « il n'y a pas d'imposition qui vaille sans contrôle de la dépense publique ». Je ne vais pas vous citer tout le livre, essayez d'en trouver un exemplaire du côté de nos libraires ou des bouquinistes.

Depuis longtemps, les budgétaires du Ministère des Phynances engrangent nos impôts relayés localement par les Percepteurs pour les impôts locaux ponctionnent. Tout est bo, pour faire rentrer de l'argent. mais quand il s'agit de contrôler les dépenses inutiles, il n'y a plus personne. La Cour des Comptes : cause toujours, tu m'intéresse. Cette dépense inutile (grande dépense inutile) s'est accentuée depuis que la loi NOTRE a donné aux collectivités territoriales et locales le pouvoir de dépenser sans contrôle préalable, seulement un contrôle à posteriori rarement suivi de sanctions. A Montpellier la surdouée, nous avons eu un maître en la matière dont les élèves ont voulu surpasser le maître. « Je dépense, donc je suis ».

Je ne veux pas jeter de l'huile sur le feu, les casseurs qui ont dévasté les cortèges de manifestants pacifiques s'en sont chargés. Ne cassons rien car c'est nous qui allons payer la note ! Manifestons en silence contre la gabegie des fonds publics et les alibis écologiques du pouvoir qui ont dévoyé la collecte de taxes "écologiques" vers le budget général. Puisqu'il faut rouler à 80 km/h sur nos routes de campagne, nos voitures consomment moins de carburant. Tant pis pour les fous du volant. Tant qu'ils emboutissent un talus ou un fossé, c'est leur problème et on en voit. Conduire sagement sur la route comme sans nos villes et manifester pacifiquement, c'est mon mot d'ordre.

Publié le 07/12/2018 ¤ 08:37  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
delacroix-liberte-guidant-peuple200x160cdren.jpgLa dette publique de la France  -  par Jacou_le_Croquant

La crise actuelle qui a fait descendre les "gilets jaunes" dans la rue n'est que l'aboutissement d'une politique publique, la politique de l'état, celle des gouvernements qui se sont succédés depuis M. Giscard d'Estaing (1970). La facilité de vivre à crédit ne s'est pas arrêtée là, d'autres ont continué à endetter le pays.

Pour tout savoir sur la dette publique qui plombe la France, notre pays, allez sur le site Wikipedia "Dette publique de la France". Cet article est très bien fait, un ou plusieurs spécialiste sont derrière, avec des graphiques très parlants. Une autre référence est le JDN (Journal du Net) "La dette publique". Nous sommes endettés à hauteur de 99% du PIB ! Le Ministère de l'économie et des Finances n'est pas en reste pour nous expliquer son point de vue officiel "FACILECO Le dette publique".

Nous ne pouvons plus continuer ainsi. Il y a de bonnes dépenses, il y a de mauvaises dépenses. La chasse au gaspi est ouverte. Ceux d'en haut qui se gavent d'argent public ou le dépensent à mauvais escient doivent comprendre qu'ils doivent écouter ceux d'en bas dont certains n'ont que 900 € par mois pour vivre !

Tout doit être remis à plat.

Citoyens et contribuables de l'Hérault (et d'ailleurs), ce site est le votre. Il est propriété privée d'un petit groupe de citoyens dont certains faisaient partie de l'Association des Contribuables de l'Hérault, association à remettre en route. Ce site est le votre. Vous pouvez y contribuer avec :

Nous sommes INDÉPENDANTS de tout pouvoir politique, religieux, extrémiste,... Nous sommes citoyens, républicains, libres mais réduits à nos maigres moyens de citoyens. Tant que nous, vous, respectons la loi, que nous, vous, refusons les casseurs et que nous nous exprimons poliment et n'insultons personne, ces lignes vous sont ouvertes. Nous ne demandons d'argent à personne. Seul votre avis compte : exprimez-vous.

Publié le 30/11/2018 ¤ 09:01  - 2 commentaires - 2 commentaires - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
Vous êtes ici :   Accueil » Blog
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Préférences
Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


    visiteurs
    visiteurs en ligne

Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
cdhk
Recopier le code :
Abonné
( personne )
Snif !!!
Notre doctrine

Nous allons vers la création d'une association de contribuables de l'Hérault, avec votre soutien. Nous sommes là pour vous défendre et nous ne diffusons à personne les coordonnées de ceux qui nous contacten et qui respectent les lois et les régles de la bienséance et de la politesse en usage dans notre pays. Ni droite ni gauche, non plus centre, AU-DESSUS. Pour notre pays, dans le strict respect des lois et pour le respect des lois et de tous nos concitoyens. Ce site est à vous : un recueil de vos doléances. Voyez le forum.

Halte aux privilèges indûs, halte aux grands projets inutiles, au présidents, ministres, députés, sénateurs, haut-fonctionnaires, roitelets de campagnes, grassement payés, aux dépensocrates.

Lo Papet républicain

Mentions légales

Ce site est la propriété personnelle d'un Ancien Auditeur de l'Institut des Hautes-Etudes de la Défense Nationale française (IHEDN). Il se réclame de la liberté de pensée et d'expression garantie par la Constitution française.

Le webmestre est membre de l'Association de soutien à l'Armée française (ASAF)

Nous sommes respectueux de la loi de notre république, des patriotes français au service de la France et de l'intérêt général